Céréales: Les prévisions de la récole russe pour 2012 revues à la baisse

Après les Etats-Unis qui ont revu à la baisse depuis le mois de juin dernier, leur récole céréalière très compromise par la sécheresse pour l’actuelle campagne 2012-2013, voici qu’un autre géant de la production céréalière mondiale, la Russie annonce à son tour, une révision à la baisse de ses prévisions de production.
La récolte de céréales pour 2012 en Russie ne sera que de 75 millions de tonnes, contre 80 millions de tonnes annoncés auparavant, a indiqué le 23 août dernier, le ministre russe de l’Agriculture Nikolaï Fedorov.
« Aujourd’hui, il ne convient plus de parler de 80 millions de tonnes, il s’agit plutôt de 75 millions de tonnes », a-t-il déclaré, avertissant que « pour l’instant, la tendance n’est pas très favorable ».
Mais « ce n’est pas du tout un chiffre qui nous fait peur », a-t-il néanmoins relevé, Rappelant que la récolte en 2010 – année où le pays avait été touché par une sécheresse et une canicule sans précédent – avait été « d’environ 60 millions de tonnes ». Un an plus tard, la Russie a récolté 92 millions de tonnes de céréales.
De nombreuses régions agricoles dans le sud du pays ont été touchées cette année par la sécheresse, ainsi que par le gel qui a sévi l’hiver dernier affectant le cours normal de la campagne céréalière en Russie. Compte tenu de ces facteurs, les analystes de l’évolution des marchés mondiaux des matières premières alimentaires, s’attendaient depuis longtemps à un abaissement des prévisions russes.
Concernant la récolte de blé seule, le département américain de l’Agriculture (USDA), qui publie des rapports mensuels sur les prévisions mondiales de récolte, a abaissé le 10 août une nouvelle fois ses pronostics pour la campagne 2012/2013 en Russie. Il estime la production finale avoisinerait les 43 millions de tonnes, soit mois 6 millions de tonnes par rapport à la précédente estimation.
Les opérateurs mondiaux craignent que la Russie, devenue depuis quelques années un des principaux exportateurs de grains, ne limite ses exportations en cas de mauvaise récolte, des inquiétudes qui alimentent les spéculations et tirent à la hausse les prix des céréales sur les marchés mondiaux.
En 2010, la Russie avait imposé un embargo sur ses exportations de céréales, afin d’empêcher l’envolée des prix dans les marchés intérieurs du pays.
L’embargo russe n’a été levé qu’au début du mois de juillet 2011, mais après avoir contribué à la flambée des cours mondiaux du blé.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO-Greenpeace : Le Maroc 15ème consommateur mondial de pesticides à l’hectare

Le Maroc utilise 1,51 kg de pesticides à l’Hectare (HA) contre 3,66 kg/HA chez son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *