France – Céréales : Une production record par rapport aux cinq dernières années

La France qui s’attendait à une récolte céréalière médiocre vient de revoir ses prévisions à la hausse pour parler plutôt d’une production record par rapport à la moyenne des cinq dernières années. L’actuelle campagne qui vient tout juste de s’achever, s’annonce bien meilleure qu’en 2011, avec une production qui passe de 63,1 l’année écoulée, à 68 millions de tonnes en 2012, précise-t-on au service des marchés et des études de FranceAgriMer.
« Le climat chaud de l’automne, le gel de février et les pluies de juin/juillet laissaient craindre le pire, mais la situation a été corrigée par le redressement des rendements », a rappelé Rémi Haquin, président du conseil spécialisé des céréales de FranceAgriMer.
Avec l’excédent attendu de production et les cours qui sont à leur haut niveau sur le marché international des matières premières, les exportateurs français se frottent déjà les mains pour répondre à une forte demande des pays traditionnellement importateurs du blé français comme le Maroc ou l’Egypte, outre les pays européens voisins de l’Hexagone.
La récolte de blé tendre destinée aux minotiers industriels français est estimée à 36,1 Mt (contre 34 Mt en 2011). Michel Ferret, chef du service des marchés et des études de FranceAgriMer qui présentait les dernières prévisions de a précisé que la qualité du blé récolté cette année est de bonne tenue. Plus de la moitié de cette production, est classée en catégorie E (excellente) et 1, et 36 % en catégorie 2, malgré une « grande hétérogénéité » des qualités de la production.
Pour le maïs, avec une récolte évaluée à 16,4 Mt, la France prévoit d’en réserver 6,6 Mt à ses voisins européens, alors que les 10 Mt restants iront aux éleveurs français.
La France, premier exportateur européen de blé, compte ainsi exporter quelque 18 Mt de blé, soit 600.000 tonnes de plus qu’en 2011. Neuf millions de tonnes seront destinés à des pays tiers hors Union européenne, comme ceux d’Afrique du nord.
S’agissant de l’orge, également très sollicité pour l’alimentation du bétail, la France prévoit de conserver pour ses besoins nationaux 2,2 Mt sur une récolte prévisionnelle de 11,5 Mt et exporter 5,5 Mt surtout vers les pays d’Europe comme l’Espagne ou la Grande Bretagne, dont la campagne a été affectée par les mauvaises conditions climatiques.
Pour les producteurs/ exportateurs français, il s’agit de résultats très encourageants, quand on sait que les grands producteurs mondiaux de céréales comme les Etats-Unis, le Kazakhstan ou l’Ukraine, la campagne 2012 a été fortement compromise soit par le gel et le froid ou la sécheresse et le déficit pluviométrique. La production de maïs aux Etats-Unis, est passée sous la barre des 300 Mt pour la première fois depuis 2007. La récolte du soja et oléagineux a été l’une des plus mauvaises de ces soixante dernières années ce qui a tiré vers le haut les prix des céréales sur le marché mondial des produits alimentaires. Seuls les prix du riz et à un degré moindre ceux du sucre, n’ont pas connu de grandes variations.
Donc, malgré ces performances de la production céréalière en France, les éleveurs ne vont pas tirer grand profit puisque les prix des céréales destinées au bétail, resteront sous l’influence du trend haussier des cours internationaux dans un marché très tendu.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO : Le Maroc classé 2ème producteur de figues africain et 3ème mondial

Le Maroc a produit 128.380 tonnes de figues en 2018, occupant ainsi le rang de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *