Lancement de nouveaux projets de recherche dans l’agriculture pour une enveloppe de 71 MDH

Le gouvernement marocain a décide d’investir avec l’appui européen dans la recherche universitaire dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de la biodiversité et de la rationalisation de l’eau d’irrigation.
Plusieurs conventions portant sur le financement de 23 projets de recherche universitaire ont été signées le 7 septembre dernier à Rabat, par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres et validés par des commissions spécialisées du Réseau Méditerranéen de Recherche Agricole (ARIMN) relevant de l’Union européenne.
Regroupant 12 pays de l’UE et de la Méditerranée, ARIMN s’est assignée pour mission de financer des projets communs de recherche dans les pays partenaires. L’objectif est de renforcer la coordination scientifique des programmes de recherche agricole afin de relever les défis dans le domaine de l’agriculture, notamment en ce qui concerne la sécurité alimentaire, la gestion des ressources naturelles et l’atténuation des effets négatifs découlant des changements climatiques.
Les 23 projets de recherche confiés à cinq universités marocaines et deux instituts d’enseignement agronomique, seront financés à hauteur de 71,06 millions de Dirhams, dont 10 millions DH à la charge du gouvernement marocain.
Les dites recherches seront conduites dans la culture des pommes de terre et des agrumes, la lutte contre les parasites des oliviers, la production d’huile d’olive et l’élevage bovin. Des recherches seront également menées dans la rationalisation de l’eau d’irrigation, la biodiversité dans le pourtour méditerranéen et la sécurité alimentaire.
Les cinq universités marocaines devant piloter ces projets de recherche sont celles de Meknès, Mohammadia, Agadir, Tétouan et de Marrakech, en plus de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II (IAV) et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Rabat.
A la signature des conventions, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, Lahcen Daoudi a déclaré en substance, qu’au-delà de sa vocation d’éducation et de formation, l’université marocaine est appelée à s’engager activement dans la recherche scientifique, tous domaines confondus, et à s’ouvrir sur le marché de l’emploi et les investissements.
Au Maroc, la recherche scientifique demeure encore le parent pauvre de l’enseignement supérieur dans la plupart des disciplines. Un effort consistant devrait être donc consenti tant par le publique que par le privé pour rattraper le retard accumulé depuis l’aube de l’indépendance au détriment de l’économie nationale.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Extension de 8.000 Ha de la superficie dédiée au palmier dattier à Drâa-Tafilalet

La superficie dédiée au palmier dattier dans la région du Drâa-Tafilalet, au centre-sud du Maroc, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *