Les négociations pour un nouvel accord de pêche Maroc-UE redémarrent sur un fond d’incertitudes

Les négociations pour un nouvel accord de pêche entre le Maroc et l’Union européenne (UE) reprendront bientôt sur un fond d’incertitudes, compte tenu du poids des lobbies anti-marocains au sein du parlement européen (PE).

Les 8 et 9 novembre, aura lieu un nouveau round de tractions pour définir les contours d’un nouvel accord de pêche devant permettre le retour de la flotte de pêche européenne et particulièrement espagnole, dans les eaux maritimes marocaines. Cette reprise a été annoncée le 23 octobre, par le porte-parole de la Commission européenne des affaires maritimes et de la pêche, Oliver Drewes, en marge des travaux du Conseil européen des ministres de l’Agriculture et de la pêche, tenus du 22 au 24 octobre au Luxembourg. Les ministres des 27 pays membres de l’UE ont adopté à cette occasion, les grandes orientations de la politique européenne en matière d’exploitation des ressources halieutiques.

La nouvelle n’a pas été pour déplaire aux Espagnols qui ont été frustrés par le refus le 14 décembre dernier, de la prorogation par le PE, de l’ancien accord. Le ministre espagnol de l’Agriculture et de la pêche, Arias Canete s’est dit même optimiste quant à l’aboutissement de cette nouvelle série de pourparlers qui ont déjà franchi, a-t-il reconnu, plusieurs étapes. Toutefois, les pêcheurs espagnols restent quand même, assez septiques sur la conclusion d’un nouvel accord avant la mi-décembre, date à laquelle arrivera à terme, la deuxième et dernière tranche des aides qui leurs sont allouées à titre de compensation pour l’arrêt forcé des activités.

Pour parer à toute éventualité, le gouvernement de Mariano Rajoy a prévu dans son budget 2013, une contrepartie financière destinée aux pêcheurs, au cas où les négociateurs ne parviennent pas à la conclusion d’un nouvel accord.

L’ancien accord de pêche concédait 119 licences de pêche à la flotte européenne (100 de ces licences pour la flotte espagnole) et en contrepartie le Maroc bénéficiait d’une compensation de 36,1 millions d’euros annuellement.

Du côté marocain, la Fédération de la pêche maritime et de l’aquaculture (FPMA) a appelé, le gouvernement Benkirane à soutenir le secteur de la pêche, sur fond de la hausse substantielle du prix du gasoil.
Les professionnels marocains dans leur majorité, émettent certaines réserves quant à la conclusion d’un nouvel accord de pêche avec l’Union Européenne, par peur que les ressources halieutiques nationales déjà fragiles, soient épuisées.

Néanmoins, le Maroc qui est lié par des accords de partenariat avec l’UE, n’a pas autre choix que répondre favorablement à la demande de son partenaire européen, à moins que le rejet vienne de l’autre partie.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Le Kenya injecte 120 millions de dollars dans des projets d’économie bleue

Le gouvernement kényan a mobilisé une enveloppe de 12 milliards de shillings (environ 120 millions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *