Le Parlement européen aspergé de lait par des paysans déchaînés à Bruxelles

Des centaines de producteurs de lait européens ont encerclé le siège du Parlement européen à Bruxelles pour protester contre la baisse des prix de vente du lait sur le marché européen. Venus d’une quinzaine de pays d’Europe, les paysans ont barricadé à l’aide de 800 tracteurs, les principaux accès conduisant au Parlement, où se tenait ce lundi26 novembre, une réunion sur le projet de réforme de la Politique agricole commune (Pac). Le projet qui prévoit une forte réduction du budget de la PAC pour la période 2014-2020, est vivement contesté par les agriculteurs européens. La Commission a proposé de baisser ce budget  420,6 milliards d’euros sur la période 2007-2013 à 386 milliards, or les agriculteurs craignent qu’une telle mesure ne conduise à la disparition des petites et moyennes exploitations dans moins de cinq ans.
Les centaines de producteurs laitiers, dont certains venus de Pologne, ont parcouru jusqu’à un millier de kilomètres, ont envahi Bruxelles et comptent y camper jusqu’à mardi. Ils ont aspergé les bâtiments du Parlement par 1500 litres de lait, sans épargner les policiers qui tentaient à coup matraques et de bombes lacrymogènes, de stopper l’avancée des manifestants mécontents et déchaînés en direction du Parlement.
Mobilisés à l’appel de la confédération des organisations de producteurs de lait de 14 pays européens, l’European Milk Board (EMB), les paysans entendaient par cette marche, manifester leur mécontentement contre la baisse des prix de vente du lait et leur refus de la réduction du budget de la PAC.

Les prix du lait, affirment les éleveurs, ne cessent de baisser alors que les coûts de production continuent à grimper avec la flambée des prix sur le marché international, des matières premières destinées à la fabrication des aliments de bétail.

D’après leur confédération, les producteurs de lait européens ne survivent que grâce aux aides européennes, puisque le litre de lait est vendu actuellement sur le marché en moyenne, à 27 centimes, alors que son prix de revient est de 40 centimes, soit une perte sèche de 13 centimes au litre.

Ils réclament donc un prix de vente plus équitable du lait en Europe, surtout à la veille de la libéralisation imminente du marché.
Les producteurs de lait européens ont ainsi choisi la manière forte pour faire entendre leur voix auprès des instances dirigeantes de l’UE. Vont-ils être entendus et avoir gain de cause ? Ce n’est pas si sûr avec une Europe sérieusement mise à rude épreuve par une crise économique et financière historique qui a déjà mis à genoux l’économie de plusieurs pays de la zone Euro, dont la Grèce et l’Espagne.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO : Le Maroc classé 2ème producteur de figues africain et 3ème mondial

Le Maroc a produit 128.380 tonnes de figues en 2018, occupant ainsi le rang de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *