SURAC table sur une production de 530.000 tonnes de canne à sucre en 2013

La Sucrerie Raffinerie de Cannes (SURAC), filiale de la COSUMAR, basée dans la région du Gharb et du Loukkos, table sur une production de 530.000 tonnes de canne à sucre en 2013, soit une moyenne de 57 tonnes à l’hectare.
La récolte de l’année dernière n’a pas dépassé 510.834 tonnes, alors que Dans son plan d’action, la SURAC qui possède deux unités industrielles, dont l’une est opérationnelle depuis 1975 à Machraa Bel Ksiri, prévoyait 835.000 tonnes.
La vague de froid qui a sévi au mois de février dernier dans la région du Gharb, a fortement impacté les cultures de la canne à sucre, dont les trois variétés de semences utilisées au Maroc ne sont pas résistantes au froid.
Si les conditions climatiques s’avèrent favorables, la filiale de COSUMAR  pourrait atteindre une production de 660.000 tonnes, en 2014 et 825.000 tonnes en 2015 avant de la porter à 1,2 million tonnes à l’horizon 2020.
Il ressort des débats d’une rencontre organisée fin décembre par la SURAC autour des programmes de recherche et de développement de la culture sucrière dans la région et la préparation de la campagne 2013, que la productivité, le taux de sucre et la superficie cultivée en canne à sucre dans la région ont connu, au cours des 10 dernières années, une diminution due à des conditions défavorables à cette culture. Il s’agit, selon les intervenants, des conditions climatiques relativement difficiles, des fortes chutes des températures particulièrement en 2005 et en 2011, de l’irrégularité des pluies et les inondations endommageant les plants et rendant difficile l’accès aux champs cultivés durant la saison des pluies.
Il s’agit également du recours des agriculteurs à des variétés réduites non résistantes au gel et non précoce, des conditions d’approvisionnement des unités de production à cause des pluies, du retard de la récolte et de la rareté de la main d’œuvre. La campagne de canne débute en janvier et s’étale sur une période de six mois selon les conditions climatiques.
Pour améliorer la production de la canne à sucre, un fonds de recherche et de développement des cultures sucrières sera aussi mis en place prochainement.
Concernant les nouvelles variétés de canne à sucre plus résistantes au froid et aux maladies, le Centre compte expérimenter des variétés à forte productivité pour tester leur résistance à la maladie du charbon et déterminer leur meilleure période de récolte. Une trentaine de variétés dont 4 connues pour leur résistance au froid, seront bientôt, importées des Etats Unis.
Le programme du centre technique porte aussi sur l’étude de la fertilité du sol de la région du Gharb, à l’élaboration d’une carte de la région représentant le taux de fertilité en utilisant les technique SIG et GPS et la mise en place d’un observatoire de protection de la canne à sucre.
Un effort particulier portera sur la formation des conseillers agricoles et l’encadrement des agriculteurs et leur sensibilisation aux nouvelles techniques de culturales à forte productivité.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO-Greenpeace : Le Maroc 15ème consommateur mondial de pesticides à l’hectare

Le Maroc utilise 1,51 kg de pesticides à l’Hectare (HA) contre 3,66 kg/HA chez son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *