Les Espagnols courtisent le Maroc pour un accord sur la pêche

Pour préserver les intérêts de leur pays, les partisans du Parti populaire espagnol (PP) actuellement au pouvoir, ne tarissent pas d’éloges et de gestes réconciliant à l’égard de leur voisin du sud. Dès la victoire écrasante de son parti aux élections anticipées du 20 novembre dernier, le chef du PP et actuel président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy a promis de maintenir les rapports de son pays avec le Maroc à un niveau excellent. Les toutes dernières déclarations du chef de la diplomatie qualifiant de « stratégiques » les rapports entre Rabat et Madrid, ont versé dans ce sens, tout comme le choix du ministre espagnol de l’Agriculture, de l’alimentation et de l’environnement, Arias Cañete d’effectuer au Maroc, sa première sortie officielle en dehors de l’Union européenne. Ce dernier est venu ce jeudi à Rabat, pour se concerter avec son homologue marocain, Aziz Akhannouch sur les deux dossiers de l’agriculture et de la pêche qui revêtent un caractère prioritaire pour la politique économique ibérique. Après le rejet par le parlement européen de la prorogation de l’accord de pêche Maroc-UE, Madrid serait tenté, selon certaines indiscrétions des coulisses, de tâter le pouls des titulaires du département marocain en charge de ces dossiers, pour une probable conclusion d’un accord de pêche bilatéral. Une option qui s’avère visiblement difficile voir impossible, en considération des engagements du Maroc envers l’UE, son principal financier et politique. Les deux ministres sont quand même parvenus à la conviction que le gros marché européen qui compte 500 millions de consommateurs, peut offrir une place confortable à chacun des deux pays. Donc, pour ces derniers, l’effet de la concurrence est pratiquement nul compte tenu des larges capacités d’absorption du marché européen. N’empêche que l’Espagne qui a vu une centaine de ses chalutiers de pêche immobilisée à quai suite au rejet de l’accord de pêche Maroc-UE, continue à œuvrer pour la renégociation d’un nouvel accord qui ouvrirait de nouveau les eaux maritimes marocaines aux marins pêcheurs espagnols. L’approbation le 16 février denier, par le PE du nouvel accord agricole Maroc-UE, aurait balisé le terrain pour l’aboutissement à un accord dans le secteur de la pêche. En attendant, les deux ministres semblent être placés sur la même longueur d’onde pour doper la coopération bilatérale particulièrement dans l’agriculture et la pêche, deux secteurs qualifiés par Arias Canete, de « très sensibles et très complexes ». Les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Espagne étaient estimés en 2011, à 7 milliards d’euros.

Le ministre espagnol de l’agriculture qui était attendu le 9 février à Rabat, a du ajourner sa visite au Maroc, pour attendre l’issue des tractions autour de l’accord agricole Maroc-UE et non pour des problèmes d’agenda, comme annoncé à Madrid. Au cours d’une conférence de presse conjointe tenue à Rabat, Akhannouch a précisé pour sa part, que ses discussions avec Canete, ont porté sur les opportunités de coopération dans la pêche maritime, particulièrement en matière de recherche pour mieux connaître le milieu marin et les espèces halieutiques. « Nous nous sommes projetés dans l’avenir », a-t-il dit, pour travailler dans « la transparence et l’échange et protéger ce marché (UE) de 500 millions consommateurs ».

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

L’ONSSA met le point sur les importations de pesticides interdits en Europe

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a réagi au rapport sur l’exportation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *