Le poulet coûte plus cher aux éleveurs à cause du froid

Les aviculteurs traversent cet hiver, une zone de forte turbulence.
Le froid et les surcoûts générés par les mauvaises performances zootechniques de production, ont entrainé une augmentation sensible des prix de revient et de vente des divers produits de la volaille. C’est le constat établi par la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA). Dans un communiqué publié cette semaine, la fédération explique que la vague de froid qu’a connue le Maroc durant les deux derniers mois, a occasionné une forte augmentation des coûts de production chez les aviculteurs, toutes filières confondues.
Les températures très basses ayant franchi souvent le seuil critique de moins zéro degré Celsius, et les grandes variations thermiques entre le jour et la nuit, enregistrées pratiquement sur tout le territoire, ont eu des conséquences négatives sur les performances zootechniques de production dans plusieurs élevages de volailles de reproduction, de poulets de chair, de dindes et de poules pondeuses.
Selon les données de la Fisa, il a été ainsi relevé une réduction importante de la fertilité et du taux d’éclosion des œufs à couver, des retards de croissance chez les volailles de chair (poulet et dinde) accompagnés d’une augmentation significative de l’indice de consommation (quantité d’aliment consommée/kg de poids vif produit) et des chutes importantes du taux de ponte chez la poule pondeuse.
En plus des surcoûts liés aux mauvaises performances zootechniques au niveau de la production, les éleveurs de volaille ont du supporter des charges exceptionnellement élevées pour le chauffage des bâtiments d’élevage et le maintien d’une bonne litière (paille), dont les prix ont accusé de fortes hausse en raison du déficit pluviométrique de cette année.
Pour conséquence, les aviculteurs ont été confrontés à une hausse substantielle des coûts de production du poussin, du poulet de chair, de la dinde et des œufs de consommation. Ces surcoûts ont donc généré une hausse sensible des prix de vente des produits de la volaille sur les marchés du gros et du détail.
La FISA n’a pas chiffré cette augmentation des coûts qui est variable selon les régions et les éleveurs, mais le prix de vente du poulet de chair au détail avoisine actuellement les 17 DH le kilo vif.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Maroc-Covid-19 : Les abattoirs industriels de volaille perdent 500 Mdh de chiffre d’affaires en trois mois

Les abattoirs industriels de la volaille au Maroc déclarent avoir perdu en trois mois, 500 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *