Dernières nouvelles
Un lot de tomates-cerises marocaines objet d’une alerte sanitaire en Europe

Un lot de tomates-cerises marocaines objet d’une alerte sanitaire en Europe

Tomates-cerises-marocainesUne alerte sanitaire a été déclenchée début avril en France et puis à la mi-mai en Tchéquie, suite à des cas d’intoxications alimentaires provoquées vraisemblablement par la consommation de tomates-cerises d’origine marocaine.

Le ministère marocain de l’Agriculture et les autres services de contrôle concernés, excluent pour le moment  tout lien de cause à effet entre les lots de tomates-cerises marocaines exportés à cette date et les intoxications signalées depuis le 7 avril 2014 en France.

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a été informé via le système d’alerte rapide de l’Union européenne (Système RASFF) d’une alerte en date du 16 mai 2014, concernant des tomates-cerises en provenance du Maroc.

Dès réception de cette alerte, l’ONSSA et l’EACCE (Etablissement Autonome de Contrôle et de Coordination des Exportations) ont ouvert une enquête dans les stations de conditionnement et les fermes de production des tomates-cerises incriminées.  Sur la base des résultats de ces investigations préliminaires, le département de tutelle assure que des analyses effectuées sur les lots de tomates-cerises exportées vers les marchés de l’UE, n’ont révélé aucune non-conformité.

Par ailleurs, les résultats d’analyses effectuées par les autorités françaises de la répression des fraudes depuis le mois d’avril sur les tomates retournées par les consommateurs ainsi que sur celles issues des lots suspectés ainsi que les analyses réalisées par la société française IDYL, importatrice de fruits et légumes marocains, se sont révélés conformes, ajoute la même source.

En attendant voir plus clair dans cette affaire, le ministère marocain de l’agriculture assure que des investigations plus approfondies sont en cours au Maroc, pour s’assurer du respect des exigences sanitaires des tomates exportées par lesdites stations de conditionnement.

 

A propos de Houda samlali

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page