Soutien marocain au Mali pour l’insémination artificielle des vaches

Maroc-Mali-InseminationLe Mali organise sa première campagne nationale d’insémination artificielle du cheptel bovin avec le concours de techniciens marocains qui ont aidé à la formation d’inséminateurs locaux.

Fruit de la coopération entre le Maroc et le Mali, ce projet devrait contribuer sensiblement à l’amélioration du cheptel par la production de femelles améliorées génétiquement.

Le Maroc a apporté, via son association nationale des producteurs de la viande rouge (ANPVR), son expertise technologique dans ce projet, mais il a également fait don au Mali, de 125.000 doses de semences bovines, des caisses d’insémination artificielle et des containers de stockage de semences.

D’après la Direction nationale des productions et des industries animales (DNPIA) du Mali, l’élevage est confronté à de nombreux obstacles, principalement le déficit de l’encadrement technique, le manque de couverture sanitaire du cheptel «et surtout la faiblesse du potentiel génétique de la race locale».

Selon le ministre du développement rural, Bocari Tréta, 10.000 vaches vont être inséminées durant la campagne nationale d’insémination artificielle 2014-2015, afin de renforcer la place des filières viande et lait dans l’économie du Mali. L’Etat malien y intervient à hauteur de 80% en plus du renforcement des pratiques d’alimentation avec le développement des cultures fourragères, le stockage d’intrants alimentaires en qualité et en quantité abondante.

Durant son séjour d’une dizaine de jours, la mission technique marocaine a mené diverses activités, notamment en accompagnant la DNPIA dans la mise en œuvre de son programme national d’insémination artificielle 2014-2015. Des journées de sensibilisation ont été aussi organisées à l’intention des éleveurs sur les grands axes afin d’y créer les premiers circuits d’insémination artificielle (IA) et de mettre en place un système informatisé pour le suivi des opérations et la collecte des données.

Les responsables maliens souhaitent le concours marocain va relancer le programme d’insémination artificielle qui a été lancé en mars dernier à Tienfala, mais n’a connu à cette date, que des résultats assez timides.

Certes, c’est une action relativement modeste, mais qui constitue un pas en avant sur la voie de la coopération sud-sud que le Maroc a empruntée depuis quelques années en direction des pays subsahariens du contient africain.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Maroc-Pêche : Les exportations des produits de la mer en hausse de 7% à fin septembre 2020

Les exportations marocaines des produits de la mer ont progressé durant les neuf premiers mois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *