Sofiproteol relance la filière du tournesol au Maroc

Maroc-TournesolLe producteur d’huile français « Sofiprotéol » a planté quelque 20.000 hectares de tournesol au Maroc, depuis son entrée en février 2012 au capital de Lesieur Cristal, leader de la production et de la distribution des huiles alimentaires dans le royaume.

Sofiprotéol qui a pour objectifs de planer 50.000 des 85.000 hectares fixés par les autorités marocaines à l’horizon 2020, a promis de relever le défi de relancer la culture du tournesol au Maroc, où la superficie de 200. 000 hectares qui était en production, il y a une vingtaine d’années, avait été progressivement abandonnée.

Trois ans après son débarquement au Maroc, le groupe français Sofiprotéol affiche déjà avec satisfaction devant les progrès accomplis.

« Nous sommes donc partis de zéro, et nous avons atteint cette année 20.000 hectares en production », se félicite Michel Boucly, directeur général adjoint de l’entreprise. A la date de son implantation au Maroc, Sofiprotéol, importait d’Amérique Latine, 100 % des graines oléagineuses triturées pour la production de l’huile de table et du savon à base de tournesol.

En rachetant 41 % des parts que détenait la Société nationale d’investissement (SNI), le holding royal, dans le capital de Lesieur Cristal, Sofiprotéol, s’était engagé à développer le secteur en optant pour le recours au modèle de coopérative basé sur l’approvisionnement local.

Parallèlement, Sofiprotéol s’est lancé dans la plantation et la mise en production de 1.200 hectares d’oliviers pour approvisionner ses sites de production d’huile alimentaire, destinée uniquement au marché local.

Avec 70 % de parts de marché, Lesieur Cristal occupe une position leader dans le secteur de l’huile alimentaire et de la savonnerie au Maroc. Cotée à la bourse de Casablanca, l’entreprise détenue à travers le holding Oléosud par Sofiprotéol (80 %) et Castel (20 %), a enregistré au premier semestre 2014, une progression de plus de 22 % (à 85 millions de dirhams, soit environ 7,7 millions d’euros) de son résultat net par rapport à l’année précédente.

Le groupe français compte tirer profit des avantages offerts aux investisseurs, à travers le « Plan Maroc Vert » qui vise à dynamiser la production agricole, dans le but, notamment, de rééquilibrer la balance commerciale sur ces produits alimentaires de base, dont le pays importante chaque année, une grande quantité payée en devises fortes, pour répondre à ses besoins nationaux.

About Jean Bakari

Check Also

L’ONSSA met le point sur les importations de pesticides interdits en Europe

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a réagi au rapport sur l’exportation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *