Dernières nouvelles
Elevage-Traçabilié : Le Maroc se dote d’un SNIT

Elevage-Traçabilié : Le Maroc se dote d’un SNIT

elevage-tracabiliteLe Maroc a mis en service un nouveau Système national d’identification et de traçabilité animale (SNIT) utilisant une technologie innovante basée sur l’identification des animaux.
Pour un investissement de 120 millions DH, le Maroc est le premier pays nord-africain à se doter d’un tel dispositif basé principalement sur des boucles électroniques fonctionnant par radiofréquences (Rfid).
Au lancement du SNIT le 3 février à l’Agropole de Berkane, le ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch a expliqué qu’en intégrant cette formule d’identification, le Maroc s’aligne sur les standards internationaux pour améliore efficacement la gestion des programmes sanitaires et de contrôle des performances zootechniques.
Quelque 2,7 millions de bovins et 120.000 camelins, porteront dorénavant aux oreilles, une paire de boucles munies d’un numéro et d’une puce électronique activée. Cette dernière, constituée de 16 chiffres et lettres (représentant la région et le numéro de série à la ferme), sera lue par un lecteur électronique qui véhiculera, via le réseau Internet 3G vers la base de données nationale d’identification, toutes les informations relatives à l’animal identifié et à son détenteur.
Grâce au SNIT, il sera ainsi possible de suivre les traces des bestiaux à travers toutes les étapes de production, de transformation et de distribution, le cheminement des animaux et leurs dérivés. Les animaux malades et les produits malsains seront retirés du circuit commercial pour la protection de la santé des consommateurs.
Pour la première année de sa mise en place, le ministère de l’agriculture, via l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), table sur l’identification de trois millions de bovins et camelins. La deuxième étape du procédé concernera les petits ruminants, soit à partir de 2017 comme date prévisionnelle.
Pour bénéficier du nouveau programme, l’éleveur devrait faire appel aux services des identificateurs agrégés par les services vétérinaires provinciaux relevant de l’ONSSA ou d’adhérer aux fédérations interprofessionnelles de la filière.

A propos de Abdenbi EL OUADGHIRI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page