Dernières nouvelles
Aucun cas de Fièvre aphteuse au Maroc

Aucun cas de Fièvre aphteuse au Maroc

fièvre-aphteuseAucun cas de fièvre aphteuse n’a été enregistré au Maroc depuis 1999, a assuré le ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, suite aux informations relayées par la presse nationale, faisant état de probables risques d’apparition de cette maladie dans le royaume.
Dans un récent communiqué, le département d’Aziz Akhannouch affirme qu’aucun cas de fièvre aphteuse n’a été enregistré au Maroc depuis 1999, précisant que les opérations de vaccination de rappel et d’identification des bovins, se poursuivront dans le respect des délais initialement prévus.
De son côté, l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) a tenu à rassurer les consommateurs que la fièvre aphteuse est une maladie qui ne se transmet pas à l’Homme et n’a aucun impact sur la santé publique «contrairement à ce qui a été rapporté, dans l’objectif de créer des amalgames».
La situation sanitaire actuelle du cheptel dans le pays, ajoute le département, est totalement maitrisée grâce à la campagne de vaccination effectuée entre les mois d’août et septembre 2014. Cette campagne a permis de vacciner plus de 2,7 millions de têtes de bovins.
Le programme de vaccination de rappel lancé le 16 février 2015, ajoute la même source, vise à renforcer l’immunité du cheptel bovin contre cette maladie, comme prévu par l’ONSSA.
Ce programme de vaccination est couplé à l’opération d’identification des bovins dans le cadre du nouveau système national d’identification et de traçabilité animale, dont le lancement officiel a été donné début février à Berkane à l’ouest du Royaume.
La mise en œuvre de ce programme, qui a fait l’objet de concertation préalable avec la Fédération nationale des syndicats des vétérinaires privés et l’Ordre national des vétérinaires, nécessitera un délai maximum de 4 mois.
Compte tenu des assurances des autorités de tutelle, le consommateur n’a probablement rien à craindre pour sa santé, mais l’éleveur devrait quand même, songer à vacciner ses bestiaux pour éviter le pire.

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page