Dernières nouvelles
Akhannouch se veut rassurant sur le passage de la grippe aviaire au Maroc

Akhannouch se veut rassurant sur le passage de la grippe aviaire au Maroc

Avicole-NouaceurLa réapparition ces derniers mois, du virus de l’influenza aviaire de type H9N2, faiblement pathogène, dans certaines élevages avicoles du Royaume, n’a pas fait de victimes humaines, mais l’épizootie a occasionné d’importants dégâts économiques et financiers chez les éleveurs.

A la date d’aujourd’hui, ni les associations professionnelles, ni les autorités de tutelle n’ont quantifié l’ampleur de ces pertes sèches que les éleveurs ont subi.

Sur le plan sanitaire, le ministre de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch s’est voulu rassurant, en affirmant que «la généralisation de la vaccination dans les élevages avicoles a permis de limiter rapidement l’impact de la grippe aviaire H9N2».

Au cours d’une rencontre tenue samedi à Nouaceur, avec les membres de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA), Akhannouch qui était accompagné du ministre de la santé, El Houssaine El Ouardi, a réaffirmé que le caractère bénin de cette maladie aviaire, qui a touché récemment la volaille au Maroc, n’a aucune incidence sur la santé humaine.

Le même avis est partagé par le ministre de la Santé qui assure que le virus H9N2, qui existe depuis des années dans plusieurs pays du monde, s’attaque spécifiquement aux volatiles et n’est, en aucun cas, transmissible à l’Homme. La consommation des viandes de volaille et des œufs, a précisé El Ouardi, ne représente strictement aucun danger pour le consommateur.

Aziz Akhannouch a par ailleurs annoncé, que le secteur avicole a atteint l’autosuffisance en matière de production de viandes blanches et d’œufs de consommation, rappelant que le secteur avec toutes ses filières, génère en moyenne annuelle, un chiffre d’affaires de plus de 30 milliards de dirhams pour une production qui avoisine les 560.000 tonnes de viandes blanches par an.

Le ministre de l’Agriculture a qualifié la situation actuelle du secteur de «stable» et «saine», faisant même état, d’une croissance constante de toutes les filières avicoles, tirées par une consommation qui progresse d’année en année.

Il a en outre, rappelé que, selon les statistiques de 2015, les Marocains ont consommé en moyenne, 18 kilogrammes de viande blanche (dinde et poulet de chair) par habitant, contre 16 kg, un an auparavant.

A propos de Houda samlali

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page