Le développement des pêches maritimes dans la zone nord, une priorité du Plan « Halieutis »

Le secteur des pêches maritimes dans la zone nord prend des ailes. Chaque année, cette région du Royaume est confortée par la naissance de nouvelles structures qui propulsent de l’avant le secteur, dope les investissements publics et privés et crée des centaines de nouveaux emplois.
La façade maritime qu’occupe l’axe Tanger/Tétouan sur la côte méditerranéenne, confère à la pêche côtière un rôle fondamental dans la promotion du tissu socio-économique de la région.
La ville de Tanger aura d’ici mars 2015, un nouveau port de pêche. Le projet, lancé le 8 décembre dernier par le Roi Mohammed VI, nécessitera un investissement de 1,09 milliard de DH, dont 720 millions de DH seront affectés aux infrastructures, 290 MDH aux superstructures et 80 MDH pour le transfert des activités de pêche.
Ces fonds seront prélevés à hauteur de 375 MDH du budget de l’Etat, 375 MDH du Fonds Hassan II pour le développement économique et social, 60 MDH du ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime, 180 MDH de l’Office national des pêches et 100 MDH de la Société d’Aménagement pour la reconversion du port.
A Martil, le Souverain a donné le coup d’envoi aux travaux d’aménagement et d’immersion d’un récif artificiel «type industriel» au large de la ville. Le coût global de ce chantier est estimé à 37,5 millions de DH. Sont également prévus les travaux de restauration et de réhabilitation des habitats marins dégradés, dans le cadre de ce chantier qui vise l’exploitation rationnelle et durable des ressources biologiques, la préservation et le renforcement de la biodiversité marine, l’amélioration des revenus des communautés des pêcheurs artisanaux, ainsi que le développement de la plongée sous-marine récréative.
Sachant que la circonscription maritime de M’diq qui s’étend du centre de Belyounech au Nord, à Oued Laou au sud, sur près de 110 km, regorge de richesses halieutiques encore sous-exploitées. L’absence d’une flotte locale moderne et performante et le manque d’infrastructures adéquates, d’encadrement des opérateurs locaux et des moyens de financement handicapent le développement d’une pêche hauturière proportionnelle aux atouts de la région.
Actuellement, la Circonscription Maritime de M’diq est dotée de sept centres de pêche avec une flottille d’embarcations de moins de cinq tonneaux.
Selon des chiffres fournis par la délégation des pèches maritimes à M’diq, le nombre d’unités de pêche côtière dans cette circonscription était en 2010 de 55 au port de M’diq, contre 564 embarcations de pêche artisanale réparties sur les différents sites et points de débarquement aménagés (PDA), notamment Martil avec 53 unités et M’diq 107 unités. Le reste étant réparti sur les sites d’Amsa (19), Azla (49), Belyounech (55) et Fnideq (55). Le volume des captures s’est élevé au cours de la même année, à 5298 tonnes d’une valeur globale de 68,714 millions DH. Il s’agit essentiellement de poissons pélagiques (3093 T), poissons blancs (1843 T), céphalopodes (298 T) et crustacés (64 T).
Le nombre de marins embarqués durant 2010, s’est élevé à 2880 hommes, dont 1210 pour la pêche côtière (principalement au port de M’diq) et 1670 marins pour la pêche artisanale.
Par ailleurs, la circonscription de M’diq compte deux unités d’aquaculture en activité, la première en pisciculture au large de M’diq et l’autre en conchyliculture (élevage des moules) au large de F’nideq.
L’industrie de la pêche maritime dans cette circonscription, compte 7 unités employant 1700 ouvriers spécialisés dans la congélation, les poissons frais, la semi conserve, la conserve, le coquillage frais et les crevettes décortiquées, avec une production cumulée de 4000 tonnes/an. Ses principaux débouchés sont l’Espagne, l’Italie, les Seychelles et l’Iran.
Les travaux d’aménagement du port de pêche de la ville de M’diq, d’un coût global de 10 millions de dirhams (MDH), donneront sûrement, une fois achevés, un coup de fouet aux activités du secteur des pêches maritimes et à l’emploi dans cette circonscription.
Enfin, la région abrite une quinzaine d’associations et de coopératives et sera bientôt dotée d’un centre social pour les marins-pêcheurs qui sera réalisé par la Fondation Mohammed V pour la Solidarité pour un investissement de 4 millions de DH. Le lancement du projet a été donné par le Roi Mohammed VI, le 7 décembre 2012 à M’diq. Il s’agit d’un petit complexe comprenant des services de soins, d’hygiène, d’assistance sociale, de conseil et d’alphabétisation au profit des marins et des services de contact radio pour les bateaux de pêche en mer.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Le Kenya injecte 120 millions de dollars dans des projets d’économie bleue

Le gouvernement kényan a mobilisé une enveloppe de 12 milliards de shillings (environ 120 millions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *