La Tunisie craint l’importation d’Algérie du bayoud et du feu bactérien

La Tunisie la contamination de ses palmeraies par le Bayoud et ses vergers de pommiers par le feu bactérien, deux ravageurs redoutables qui sévissent en Afrique du Nord. Le ministère tunisien de l’agriculture a lancé une mise en garde le 12 mars, contre les risques d’importation de rejets de palmiers et de plants de pommiers, notamment du voisin algérien, grand producteur de dattes.
L’importation anarchique de ces plants, prévient le département agricole, pourrait engendrer la propagation de graves maladies telles que le Fusarium oxysporum f. sp. Albedinis, communément appelé au Maghreb « Bayoud ». Un champignon du sol qui attaque les palmiers dattiers et le « feu bactérien », une bactérie qui cause de sérieux dégâts aux pommiers. Le feu bactérien provoque des dessèchements et des brûlures au niveau des fleurs et des feuilles du pommier. Elle entraîne une destruction totale de la production de l’arbre infecté et finit par le tuer.
Alors que le Bayoud qui sévit depuis des décennies dans toutes les grandes palmeraies du Maroc (sauf Ouarzazate et Marrakech) et dans la plupart de celles du centre, de l’ouest et du sud-ouest de l’Algérie, est une fusariose vasculaire qui provoque un dépérissement rapide du palmier dattier. Cette pathologie épidémique, aurait tué selon le ministère tunisien, près de 12 millions de palmiers depuis son apparition au Maroc avant de se propager en Algérie.
Pour éviter de tels risques, le département de tutelle tunisien appelle les agriculteurs et producteurs de dattes et de pommes établis dans les zones frontalières de l’ouest, à se conformer aux lois relatives à la protection des plantes et régissant l’importation de ces espèces.
En Tunisie, les textes réglementant la protection des plantes interdisent toute introduction de ces espèces d’arbres de tous les pays du monde et plus particulièrement de l’Algérie, rappelle le ministère de l’agriculture.
La mise en garde du ministère tunisien intervient à la suite de la découverte dans la région de Carthage, de la présence d’un autre ravageur de palmiers appelés « Charançons Ronge du Palmier » qui est l’insecte le plus nuisible pour les palmiers (ornementaux ou dattiers).
L’infestation du palmier le bayoud  ravageur se termine toujours par sa destruction totale, sachant que sa détection précoce à l’œil nu est difficile. Ce fléau a détruit en un siècle, les 2/3 de la palmeraie marocaine. Ainsi, de très bons cultivars ont presque disparu du patrimoine génétique marocain. Cette fusariose vasculaire tend à gagner ces dernières années, du terrain en Algérie et menace les palmeraies tunisiennes.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO-Greenpeace : Le Maroc 15ème consommateur mondial de pesticides à l’hectare

Le Maroc utilise 1,51 kg de pesticides à l’Hectare (HA) contre 3,66 kg/HA chez son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *