Dernières nouvelles
Les aviculteurs français mis à mal par la réapparition de la grippe aviaire

Les aviculteurs français mis à mal par la réapparition de la grippe aviaire

grippe-aviaire-3Les éleveurs de volailles français sont mis à mal par l’annonce ce vendredi, de la découverte d’un nouveau foyer de grippe aviaire dans le département du Tarn au sud-ouest de la France.
Un foyer de grippe aviaire H5N8, « hautement pathogène » pour les oiseaux, a été détecté dans un élevage de canards dans la commune tarnaise d’Almayrac, a précisé vendredi dans un communiqué, le ministère français de l’Agriculture.
Pour rappel, le 26 novembre, un premier foyer de ce virus jugé par les autorités françaises, « inoffensif pour l’homme », avait été détecté sur des canards sauvages à Pas-de-Calais au nord du pays.
L’apparition du nouveau foyer de la grippe aviaire « ne permettra pas à la France de recouvrer le 3 décembre, comme envisagé, son statut indemne d’influenza aviaire », indispensable pour exporter ses volailles et son foie gras hors d’Europe, assure le département de l’agriculture.

C’est un coup dur qui intervient au mauvais moment pour les exportateurs français des produits de la volaille et du foie gras, qui vont devoir patienter un peu plus avant de pouvoir reprendre leurs expéditions hors d’Europe, notamment vers le Japon, un des gros clients du foie gras français en ces périodes de fêtes de fin d’année.

Sur la base des prélèvements effectués pour analyse en début de semaine, dans l’exploitation infectée à Almayrac, où a été constatée la mort de 2.000 sur les 5.000 canards que comptait le site, l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (ANSES), a fini par confirmer le jeudi 1er décembre, la présence effective dans cet élevage, du virus H5N8 « hautement pathogène ».

Le statut «indemne d’influenza aviaire» que la France a perdu, il y a un an, suite à un précédent passage de la grippe aviaire, est indispensable pour la reprise des exportations des volailles et du foie gras en dehors d’Europe.

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page