Dernières nouvelles
Bons signes d’évolution de la pêche côtière et artisanale au Maroc

Bons signes d’évolution de la pêche côtière et artisanale au Maroc

Les débarquements de la flotte de la pêche côtière et artisanale durant les deux premiers mois de 2017, ont totalisé 168.387 tonnes pour une valeur de 1,31 milliard de DH (MM de DH), enregistrant respectivement un recul de 19% en termes de volume et autant en termes de valeur en comparaison avec la même période en 2016.

La baisse du volume des captures s’explique, selon l’Office national des pêches (ONP), par une régression des débarquements des petits pélagiques dont la sardine, tandis que la hausse des recettes a été dopée par une meilleure valorisation des céphalopodes, essentiellement le poulpe. Le prix moyen national du poulpe est passé de 48 DH/kg durant les deux premiers mois de 2016, à plus de 56 DH/kg en 2017.

En revanche en 2016, le volume et la valeur des débarquements affichaient une amélioration respective de 7% et 4% par rapport à 2015, s’établissant à 1,38 million de tonnes (MT) pour une valeur de 6,84 MM de DH. Mais depuis 2009, le chiffre d’affaires de la filière s’est apprécié de 5% en moyenne et les taux de réalisation des objectifs fixés par la stratégie Halieutis à l’horizon 2020, dépassent actuellement les 65%.

Durant les mois de janvier et février de 2017, les poissons pélagiques (sardine, anchois et thon) ont totalisé 1,23 MT pour une valeur de 2,8 MM de DH. Les prises du poisson blanc se sont élevées à 80.008 T d’une valeur de 1,4 MM de DH alors que le volume de céphalopodes (poulpe et calmar) s’est établi à 45.859 T pour une valeur de 2,2 MM de DH et celui des crustacés à 6.383 T et 293 M de DH.

Connues pour leur haute valeur ajoutée ainsi que leur grande contribution à l’activité à l’export, ces deux espèces ont vu leur chiffre d’affaires en 2016 s’accroître respectivement de 5 et 12%, contre une baisse de 26 et 14% pour le poulpe.

Concernant la destination des produits, la congélation a capté quasiment la moitié (47,44%) des débarquements contre 16,75% pour la conserve et 12,41% pour l’industrie de la farine et de l’huile de poisson. Les 23,36% restants ont été mis sur le marché, contre 29,44% une année plus tôt.

A propos de Abdenbi EL OUADGHIRI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page