Dernières nouvelles
Maroc: L’INRA relance la culture des légumineuses dans la région de Settat

Maroc: L’INRA relance la culture des légumineuses dans la région de Settat

L’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) a mobilisé une équipe d’ingénieurs et de techniciens agronomes appelée à relancer dans la région de Settat, la filière des légumineuses, dont la production est en baisse depuis quelques années.

Dans les années 1960, le Maroc était l’un des premiers exportateurs au monde de fèves, pois chiches et lentilles, dont près d’un million de quintaux étaient exportés à l’étranger. Mais la production nationale des légumineuses qui atteignait 4,5 millions de quintaux dans la décennie 1970, a chuté à 3,5 million de quintaux durant la campagne agricole 2014-2015.

Les agriculteurs auraient délaissé cette filière en raison de sa faible rentabilité et des risques élevés de maladies. Aujourd’hui, le Maroc importe de grandes quantités de légumineuses pour couvrir ses besoins alimentaires.

C’est dans ce contexte que les pouvoirs publics ont décidé de relancer cette filière et inciter les agriculteurs à reprendre la production les cultures légumineuses d’autant plus que les prix de vente au détail sont nettement élevés.

Pour ce faire, des moyens matériels et financiers ainsi que des mesures incitatives ont été lancés par les pouvoirs publics à l’initiative de l’institut National de la Recherche Agronomique qui met également, son savoir-faire au service des agriculteurs notamment en matière de préservation des récoltes et de lutte contre les maladies spécifiques aux légumineuses.

Dans la région de Settat, grande productrice de fèves, de pois chiches et de lentilles, une équipe d’agronomes-chercheurs de l’INRA s’active déjà à relancer ces cultures.

Le but de cette unité est de sensibiliser les fellahs aux méthodes qui peuvent éradiquer des maladies qui s’attaquent aux légumineuses, ou du moins atténuer leur impact sur ces cultures et leur rendement compte tenu du rôle important que jouent les féculents dans la chaîne alimentaire et constituent en même temps, une source de revenu pour les petits agriculteurs.

A propos de Houda samlali

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page