Dernières nouvelles
La région de Doukkala aura bientôt son marché aux bestiaux à Sidi Bennour

La région de Doukkala aura bientôt son marché aux bestiaux à Sidi Bennour

Le premier marché marocain aux bestiaux verra bientôt le jour à Sidi Bennour dans la région de Doukkala, et le démarrage des travaux de sa construction est prévu à partir de septembre prochain, pour un coût global estimé à 26 millions de Dirhams.

Un appel d’offre a été lancé aux entreprises désireuses de superviser la réalisation de ce projet, dont la première tranche des travaux commencera dès septembre 2017 et nécessitera un budget de 20 MDh.

La province de Sidi Bennour est l’un des grands pôles d’élevage de bétail au Maroc avec 180.000 têtes de bovins et 300.000 têtes d’ovins. Selon la Direction Régionale de l’Agriculture (DRA) de Casablanca-Settat, 20% des échanges commerciaux de bétail de la région se font à Sidi Bennour. C’est ce qui a favorisé le choix de cette ville pour abriter le tout premier marché aux bestiaux dans le royaume.

Au total, ne superficie de 5,8 ha, dont un hectare couvert, sera dédiée à l’aménagement de ce marché qui sera conçu pour accueillir 4.000 bovins, 2.000 ovins et 400 équidés.

Le futur marché aux bestiaux de Sidi Bennour a pour objectifs de «valoriser le potentiel de l’élevage dans la région, laquelle est connue pour son grand cheptel de bovins dans le pays. Il s’agit d’offrir aux éleveurs un souk pour commercialiser leurs bêtes dans de bonnes conditions et avec une gestion moderne», a déclaré Abdelaziz Ouaaka, chef responsable du Département de développement agricole à l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole de Doukkala.

A la grande satisfaction des éleveurs de la région, le nouveau marché sera équipé notamment d’un système de vente via des enchères électroniques. Rappelons qu’au Maroc, dans les marchés traditionnels aussi appelés «Rahbat Lebhayem», la vente d’animaux vivants est basée sur le prix à la pièce plutôt que le prix au kilo.

«Ces marchés traditionnels ne sont équipés ni pour les bêtes, ni pour les éleveurs, ni même pour les visiteurs» et leurs véhicules, explique un éleveur. Les animaux y sont vendus aux premières heures de la matinée alors qu’il fait encore nuit et sans aucun éclairage.

De son côté, le président de la Fédération Interprofessionnelle des Viandes Rouges (FIVIAR), M’hammed Karimine a confié au journal «LeReporter.ma», que le futur marché de Sidi Bennour sera équipé d’une balance pour que l’éleveur puisse vendre ses animaux au poids et non plus à la pièce. Il y aura aussi, a-t-il ajouté, «des écrans pour afficher les prix, pour qu’il y ait de l’honnêteté et la transparence dans les transactions. Chose que nous n’avons pas en ce moment dans les souks traditionnels».

Inspiré des foires aux bestiaux européennes, le marché de Sidi Bennour a été initié par la FIVIAR qui prévoit d’en aménager d’autres à Taroudant et Khénifra.

A propos de Houda samlali

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page