Dernières nouvelles
L’ANAVI lance une nouvelle campagne contre l’abattage traditionnel de volaille

L’ANAVI lance une nouvelle campagne contre l’abattage traditionnel de volaille

L’Association nationale des abattoirs industriels avicoles (Anavi) a lancé mi-janvier, à travers sa page Facebook intitulée «Volaille Maroc», une série de capsules audiovisuelles qui dévoilent la situation anarchique qui prévaut dans le réseau traditionnel de commercialisation des viandes de volaille.

Les professionnels de l’abattage moderne de volaille ont en effet initié une nouvelle campagne sur les réseaux sociaux (Facebook et Youtube) contre l’abattage et la commercialisation des volatiles dans les tueries traditionnelles plus connues sous la dénomination de «Riacha» et qui sont largement répandues dans le pays.

Après plusieurs années de mise en garde et de dénonciation de l’abattage et de la commercialisation de la volaille dans les tueries informelles qui manquent drastiquement des conditions d’hygiène requises pour la santé des citoyens, l’ANAVI reprend sa bataille contre ce fléau.

Dans des capsules audiovisuelles postées sur sa page Facebook et sur Youtube, l’Association explique au consommateur images à l’appui, le danger que représentent les produits avicoles (poulet de chair, dinde et œufs) vendus dans les tueries traditionnelles et les risques qu’ils présentent pour la santé du consommateur.

Sur leur page Facebook, les professionnels démentent les idées erronées quant à la différence de prix ou encore en louant les garanties sanitaires que présentent les viandes blanches issues des abattoirs modernes.

Contrairement à ce qui se passe dans les tueries clandestines ou traditionnelles, dans les abattoirs modernes, il y a une séparation entre le poulet vif et celui abattu. Le poulet passe par une chaîne d’opérations: plumaison, retrait des pieds, éviscération, lavage, séchage, stockage dans une chambre froide…

Selon des sources proches de l’ANAVI, d’autres capsules suivront sur des sujets comme le label Halal et la restauration collective.

Sa première capsule, postée le 17 janvier 2018 sur les réseaux sociaux, a enregistré près de 900.000 vues, 900 mentions «j’aime» et quelque 200 commentaires. Une seconde capsule, consacrée à la restauration collective, a recueilli 430.000 vues et près de 2.300 mentions «j’aime». L’ANAVI compte poursuivre sa campagne pendant les quelques mois à venir sur Facebook et Youtube.

A propos de Chakib el habti

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page