Dernières nouvelles
Maroc-Aïd Al Adha : L’étau se resserre contre les fraudeurs dans l’engraissement des moutons

Maroc-Aïd Al Adha : L’étau se resserre contre les fraudeurs dans l’engraissement des moutons

Cette année le Maroc a accentué les mesures de suivi et contrôle de la délivrance des médicaments vétérinaires pour les bestiaux (ovins et caprins) destinés au sacrifice de l’Aïd Al Adha.

Le ministère de l’Agriculture et des pêches Maritimes a abrité ce vendredi 1er juin, une réunion avec le président et les membres du bureau du Conseil national de l’Ordre National des Pharmaciens, consacrée aux conditions de commercialisation des médicaments et produits vétérinaires par les Pharmacies pendant la période d’engraissement des ovins et caprins destinés à la fête de l’Aïd Al Adha 1439 (2018), indique le ministère dans un communiqué.

Le but étant de barrer le chemin aux pratiques frauduleuses et abus dans l’utilisation des produits vétérinaires et pharmaceutiques pour l’engraissement accéléré des animaux destinés à l’abattage au risque de gâcher la fête aux consommateurs qui feront la désagréable surprise d’avoir entre les mains une viande frelatée ou avariée impropre à la consommation comme fut le cas l’année dernière.

Au cours de cette réunion, les autorités de tutelle ont sollicité le concours et l’accompagnement de l’Ordre des Pharmaciens afin de mettre en place un ensemble de mesures de vigilance pour écarter les risques d’altérer la qualité des viandes abattues notamment par l’usage non contrôlé et illicite de substances et médicaments non autorisés dans le processus d’engraissement des animaux.

Les dispositions arrêtées consistent en la délivrance des médicaments vétérinaires, notamment les anti-inflammatoires, uniquement sur ordonnance vétérinaire et la délivrance de fortifiants (produits énergisants) et des contraceptifs féminins («MINIDRIL» ou traitement équivalent) sous le contrôle et le suivi des vétérinaires et de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA).

Et en cas de constat de demandes anormales ou excessives des produits pharmaceutiques précités, le pharmacien doit alerter les services de l’ONSSA qui prendront les mesures appropriées qui s’imposent.

A l’issue de cette réunion, l’ordre des pharmaciens s’est engagé à prendre les mesures nécessaires pour la sensibilisation des pharmaciens sur les questions soulevées et à établir une étroite coordination avec les vétérinaires pour une meilleure maîtrise de commercialisation des médicaments vétérinaires.

A propos de Abdenbi EL OUADGHIRI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page