Dernières nouvelles
Maroc-Sahara : L’entente des bouchers fait flamber les prix de la viande cameline

Maroc-Sahara : L’entente des bouchers fait flamber les prix de la viande cameline

Le prix de la viande de chameau a atteint des niveaux inhabituels dans les provinces sud du Royaume, où le kilo se vend actuellement entre 80 et 90 dirhams.

Face à cette flambée des prix des viandes rouges et de certaines denrées alimentaires, les associations locales ont appelé sur les réseaux sociaux, à une campagne de boycott sous les hashtag «Laisse-le chez toi» et «Laisse-le pourrir», rapporte le quotidien «Al Akhbar» dans son édition de ce week-end.

En effet, la viande cameline est vendu ces premiers jours de Ramadan, entre 80 dirhams et 90 DH le kilo. En plus, précise le journal, cette viandes est souvent proposée à la vente dans des conditions non conformes à la réglementation en vigueur, en l’absence de contrôle du circuit de commercialisation, de l’abattage à la vente.

A ce prix, note le journal, la viande cameline qui est largement consommée au Sahara, est devenue pratiquement inaccessible pour une large frange de la population.

Si la majorité des bouchers de la région s‘est entendue sur le prix de 80 à 90 Dh/le Kilo, seuls deux bouchers, un à Laâyoune et l’autre à Guelmim, ont fait l’exception en affichant respectivement les prix de 60 et 70 DH le kilo, soit 20 à 30 dirhams de moins que le prix décidé par les autres bouchers.

Ainsi, les étals des deux bouchers ne désemplissent pas, même si leurs confrères à Laâyoune font circuler, selon le quotidien Al Akhbar, la rumeur que la viande proposée n’est pas conforme aux normes sanitaires d’usage et provient de l’abattage clandestin,.

Pour conclure, l’auteur de l’article souligne que l’absence ou la rareté des campagnes de contrôle des prix par les services économiques des préfectures et provinces de la région, a encouragé la flambée des prix entre autres de la viande cameline suite à des ententes illégales conclues entre les hommes de la profession.

A signaler que sur plus des 200.000 camelins que compte actuellement le Royaume contre 3.000 têtes seulement en 1976, 92% de ces dromadaires sont élevés dans les régions Guelmim-Oued Noun et Laâyoune-Sakia El Hamra, sachant qu’un dromadaire coûte en moyenne de 7.000 à 10.000 DH.

A propos de Houda samlali

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page