Maroc-Agriculture : Des plantations de figues de barbarie de la zone nord envahies par les cochenilles

Des plantations de figues de barbaries (cactus) dans la zone nord du Maroc sont envahies par la cochenille farineuse, dont la présence n’était signalée jusqu’à cette date, que dans le centre et le sud du Maroc, où elle a occasionné ces dernières années, de sérieux dégâts dans les champs de cactus.

La cochenille farineuse, communément appelée cochenille blanche a désormais infesté les plantations de figues de barbarie dans plusieurs localités au nord du royaume, notamment dans les douars de Tnine de Sidi el Yamani et Had Al Gharbia, Hajrat Nhal, Sakdala, Daidate et Kanoua, dans la région de Tanger, rapporte le quotidien Al Alkhbar.

Plusieurs familles rurales qui tirent un petit revenu de la vente des figues de barbarie, ont été astreintes de brûler des centaines de cactus dévastés par ces cochenilles.

Aussitôt avisés, les services du Département de l’Agriculture se sont mobilisés, pour limiter les dégâts et empêcher les cochenilles d’infester d’autres champs de cactus dans la région.

A l’origine de l’apparition de ces insectes dans la zone nord, les semences utilisées par les agriculteurs qui proviennent d’autres régions déjà infestées par la cochenille blanche.

Sont également mis en cause les véhicules qui acheminent les fruits d’une région contaminée vers une autre région saine ainsi que l’utilisation de caisses en bois au lieu de celles en plastiques plus faciles à désinfecter, des pratiques pourtant interdites par le ministère de l’Agriculture, explique la même source.

Les cochenilles «Dactylopius coccus»  sont originaires d’Amérique sud-tropicale et sub-tropicale et du Mexique, avant d’être introduites dans des cactus importés par l’Espagne, les Îles Canaries, l’Algérie et l’Australie.

Une fois installées sur les plates hôtes, les cochenilles se multiplient rapidement par temps chaud et sec, et consomment la sève des feuilles, des tiges et des fruits. Leurs nymphes sécrètent sur les plantes, une substance blanche cireuse hydrophobe visible à l’œil nu, afin de se protéger de la pluie ainsi que des excès de chaleur.

En l’absence de traitements prophylactiques appropriés, l’insecte peut détruire entièrement les plantes infestées.

 

About Houda samlali

Check Also

Maroc-Pesticides : L’ONSSA retire cinq matières actives du marché national des produits phytosanitaires

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a décidé de retirer du marché …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *