Participation du Maroc au 13ème Forum mondial sur l’alimentation et l’agriculture de Berlin

Le ministre marocain de l’agriculture et de la pêche maritime, Aziz Akhannouch, a participé, vendredi par visioconférence, à la 13ème édition de la Conférence ministérielle du Forum mondial sur l’alimentation et l’agriculture (GFFA), organisée à Berlin.

La conférence virtuelle a vu la participation des représentants de 120 pays, du Secrétaire Général de l’ONU, du directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du Commissaire Européen de l’agriculture et du directeur du Programme alimentaire mondial, ajoute le communiqué.

En marge de cette Conférence, Akhannouch a présidé, aux côtés du directeur du pôle Agriculture à la Banque Mondiale, une table ronde sur «l’adaptation aux changements climatiques», au cours de laquelle le ministre a partagé avec 28 ministres, fonctionnaires, chefs de mission et organisations internationales, l’expérience du Maroc en matière de lutte contre le changement climatique, indique un communiqué du Département marocain de l’agriculture.

Akhannouch a prévenu qu’en l’absence d’actions de la communauté internationale pour atténuer les effets des changements climatiques, le monde sera confronté au risque d’une augmentation du nombre de personnes vivant dans la pauvreté de 100 millions d’ici 2030, avec un risque d’exposition de 600 millions de personnes à la malnutrition.

L’agriculture mondiale est en effet, appelée à relever le défi de nourrir près de 9 milliards de personnes à l’horizon 2050, tout en préservant l’environnement et les ressources naturelles, en plus de la participation collective à la lutte contre les changements climatiques et l’adaptation à ses effets », a souligné à cette occasion, Aziz Akhannouch.

La table ronde a abordé la menace grandissante des changements climatiques sur la sécurité alimentaire mondiale, et particulièrement l’impact de ces changements sur les agriculteurs et les rendements agricoles, le manque d’eau grandissant, la désertification croissante.

Les intervenants ont aussi discuté des moyens de lutter contre ces phénomènes et rendre l’agriculture plus résistante à ces changements à travers la recherche, le renforcement de la coopération de la solidarité au plan multilatéral, pour réduire l’impact du nouveau coronavirus (Covid-19) sur la sécurité alimentaire et l’alimentation, atténuer les effets des épidémies dans le futur et s’adapter aux changements climatiques à travers des mesures pratiques relatives au fonctionnement des marchés, indique la même source.

 

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Fès-Meknès : Plus de 2.500 ha de terre dédiée aux céréales bientôt convertis en olivier

Une superficie de plus de 2.500 hectares (HA) dédiée actuellement aux cultures céréalières sera bientôt …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *