La filière des plantes aromatiques et médicinales en Afrique en discussion à Rabat

« La production et la commercialisation des plantes aromatiques et des huiles essentielles en Afrique : potentialités et contraintes » est le thème d’un atelier international organisé du 3 au 5 mai à Rabat. Cette rencontre avait pour objectif de vulgariser et de mettre en valeur la filière des plantes aromatiques et des huiles essentielles, favoriser la recherche et le développement de cette profession par les institutions nationales et internationales et contribuer à l’élaboration d’un environnement politique favorable à l’extension de ces cultures en Afrique. L’atelier s’est tenu à l’initiative du Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) avec le soutien du Bureau d’études BERCI International Consulting (Canada), du Fonds Commun pour les produits de base (CFC) et du Sous-groupe intergouvernemental sur les fruits tropicaux de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
Les débats et exposés durant cet atelier, ont été animés par une pléiade d’universitaires, de chercheurs et de professionnels ainsi que les responsables et représentants de plusieurs organismes intervenant dans le secteur des plantes aromatiques et médicinales et des huiles essentielles. Ainsi étaient représentés à cette rencontre, les associations nationales de producteurs, les institutions de recherche marocaines et africaines, les décideurs et les bailleurs de fonds. Ces intervenants pourront ensuite utiliser les informations recueillies pour mieux cibler la recherche et le développement au profit des petits agriculteurs et du secteur privé national, régional et international.
La ville de Rabat a été ainsi, trois jours durant, un espace de rencontres et d’échange pour les participants à l’atelier qui ont eu l’opportunité d’explorer les moyens d’intensifier le partenariat entre les différentes institutions concernées. Le but étant de promouvoir la conservation, la valorisation et l’utilisation durable des plantes aromatiques et médicinales (PAM), notamment chez les coopératives d’usagers qui s’occupent de la collecte et de la production, les sociétés privées qui ont pour activité la valorisation, la transformation et la vente des produits du PAM et les producteurs publics et privés qui gèrent les espaces forestiers et les plantations.
Au Maroc, une stratégie nationale pour le développement des PAM au Maroc, a été Mise au point par le HCEFLCD. Son objectif est de préserver et de valoriser l’espace forestier dans une logique de durabilité.
Fruit d’une collaboration fructueuse entre BERCI et le HCEFLCD, cette manifestation marque un pas de plus, sur le chemin de la gestion responsable des écosystèmes à plantes aromatiques et médicinales, leur pérennisation et leur valorisation optimale, sachant que ce secteur constitue un excellent levier pour le développement économique au profit des petits agriculteurs et des populations rurales, tant au niveau local que régional et national.
Le Maroc compte 4200 PAM mais n’en exploite que 186 plantes. En 2006, le royaume a exporté près de 20.000 tonnes de plantes médicinales pour une valeur de l’ordre de 900 millions de DH. Il en a importé pour la même année, pour une somme de 200 MDH. Des données qui classaient le Maroc au 12ème rang mondial des pays exportateurs des plantes aromatiques et médicinales. Le Maroc avec ses plateaux et ses chaînes de l’Atlas et du Rif, regorge d’une flore riche et variée en PMA. Il suffit d’un encadrement adéquat des cultivateurs pour mieux rentabiliser cette filière très prometteuse mais qui demeure encore sous-exploitée.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO-Greenpeace : Le Maroc 15ème consommateur mondial de pesticides à l’hectare

Le Maroc utilise 1,51 kg de pesticides à l’Hectare (HA) contre 3,66 kg/HA chez son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *