Le nouvel Accord de pêche Gabon-UE autorise 37 navires européens à pêcher 32.000 tonnes/an

Moins d’un mois avant l’expiration le 23 juillet de leur accord de partenariat dans le secteur de la pêche (APP), le Gabon et l’Union européenne (UE) ont signé ce 29 juin, un nouveau protocole couvrant la période 2021-2026, après l’avoir paraphé le 10 février 2021.

Aux termes du nouvel accord, le gouvernement gabonais autorise 37 navires européens à pêcher annuellement 32.000 tonnes (tonnage de référence) de poissons dans ses eaux maritimes. Il s’agit de 15 thoniers senneurs, 5 thoniers canneurs et 4 chalutiers espagnols et 12 thoniers senneurs et 1 canneur français.

En contrepartie, le Gabon recevra sur 5 ans, près de 17 milliards FCFA (environ 25,91 millions d’euros), répartis à moitié égale entre l’Union Européenne (UE) et les armateurs, indique l’article 13 du protocole.

La contrepartie financière de l’UE comprend deux éléments : « une compensation pour l’accès aux eaux et ressources halieutiques de la zone de pêche du Gabon, calculée sur la base d’un tonnage de référence annuel de 32.000 tonnes, dont le montant annuel est de 1.600.000 euros (un peu plus d’un milliard FCFA) et un appui à la mise en œuvre de la politique sectorielle de la pêche du Gabon, dont le montant annuel est de 1.000.000 euros (656 millions FCFA)».

Par ailleurs, ledit accord de pêche contraint les navires européens à communiquer quotidiennement leurs captures aux autorités gabonaises jusqu’à ce que le système d’enregistrement et de communication électroniques (ERS) soit mis en œuvre par les deux parties.

Les opérateurs européens pourraient aussi «transborder, débarquer et valoriser localement tout ou partie de leur quota de 32.000 tonnes de poissons capturés dans les eaux maritimes du Gabon.

Même si cela est fait, le tonnage de référence convenu avec l’UE, ne suffira pas à satisfaire les besoins du Gabon en poissons, dont la demande annuelle est estimée à 70.000 tonnes pour une population d’environ 2 millions d’habitants.

Selon la Direction générale des pêches et de l’aquaculture (DGPA), la pêche maritime au Gabon (hors pêche sous accords privés ou de partenariats) reste une activité relativement modeste en termes de production. Celle-ci est estimée à environ 30.000 tonnes/an, à raison de 20.000 tonnes pour la pêche artisanale et de 8.600 tonnes pour la pêche industrielle côtière et pour satisfaire sa demande locale, le Gabon est obligé d’importer en moyenne, environ 26.000 tonnes/an, de produits de la mer.

About Jean Bakari

Check Also

Interdiction de la collecte et de la commercialisation des coquillages à Oued Negro-M’diq et Oued Laou-Kaâ Srass I

Le Département de la pêche maritime a décidé jeudi, l’interdiction de la récolte et de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *