Maroc-Aviculture : La flambée des prix de la volaille met à mal les bourses des ménages démunis

Les prix de la volaille au Maroc notamment du poulet de chair de la dinde  affichent une hausse sensible sur le marché national influencé par une demande supérieure à l’offre et l’envolée des cours des matières premières d’abord à cause de la pandémie du coronavirus ensuite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en plus de la sécheresse que connait cette année le Royaume.

Après une relative baisse depuis le début de l’année, les prix du poulet ont flambé ces derniers jours, pour atteindre un seuil record de 15,50 DH à 17,50 DH le kilo vif à la ferme, et de 20 à 25 DH/Kg dans les abattoirs traditionnels (Ryachat) et chez les autres marchands de volaille.

Cette envolée des prix estimée à 40%, impacte fortement le pouvoir d’achat des consommateurs qui sont d’habitude, nombreux à se rabattre sur la viande blanche face à la cherté du poisson et des viandes rouges.

La hausse des prix concerne également le poulet croisé qui se vend désormais à 16 DH/Kg contre environ 11 DH/Kg en temps normal, alors que le poulet beldi (de ferme) s’est fait des ailes en atteignant le prix de 80 DH/kg.

Les prix de la volaille et particulièrement du poulet de chair risquent fort d’augmenter un peu plus durant les semaines à venir notamment en raison de la saison estivale généralement marquée par une augmentation de la consommation de la volaille.

Interpellé sur la montée des prix de la volaille, le secrétaire général de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA) au Maroc, Jerrari Chaouki a tenu à souligner que «nous obéissons aux lois de l’offre et de la demande, et aujourd’hui, la demande est plus importante que l’offre», précisant que la production hebdomadaire de la filière est passée de 10 millions de poussins d’un jour (poulet de chair) avant la crise du Covid à 8 millions actuellement, soit une contraction de 20% ce qui impacte la production du poulet de chair.

Jerrari Chaouki impute par ailleurs la hausse des prix de la volaille à la relance économique généralisée ayant conduit à une hausse de la demande dopée par l’ouverture des frontières, des restaurants et des hôtels favorisant, l’arrivée de touristes étrangers, des Marocains résidants à l’étranger (MRE) et certaines activités festives comme les mariages et les moussems religieux.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Maroc-Pêche : Les débarquements des produits de la mer en hausse de 21% au 1er semestre 2022

Les débarquements des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale au Maroc ont augmenté …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.