Dernières nouvelles
Maroc – céréales : Les importations atteindront un niveau record de 50 Mqx

Maroc – céréales : Les importations atteindront un niveau record de 50 Mqx

Le Maroc est loin d’atteindre son autosuffisance en céréaliculture. Il demeure et encore pour longtemps, dépendant des pays grands producteurs. Pour l’actuelle campagne 2011-2012, les importations  marocaines de céréales pourraient atteindre selon le département américain de l’Agriculture (USDA), un niveau record de 50 millions de quintaux, contre les 32 Mqx initialement prévus. Le royaume pourra probablement importer en 2012-13, davantage de blé qu’il ne l’a fait depuis un demi siècle, prévient l’USDA.
Pour l’instant, la campagne de collecte des céréales au Maroc se poursuit alors que les droits de douane pour l’importation du blé tendre sont suspendus jusqu’à la fin du mois de mai. A fin avril, 22,4 millions de quintaux (Mqx) de céréales ont pu être collectés dans les diverses régions du royaume. Le stock de blé tendre, principale céréale consommée par les Marocains, s’est établi selon l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL), à 22,3 Mqx à la même période, soit 99,3 pour cent des céréales récoltées.
Sur cette quantité, précise l’ONICL, plus de 49 pour cent ont été utilisés pour l’achat de blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées. Les importations de blé tendre son pour le moment exonérés des 17,5 % de droits de douanes qui seraient appliqués de nouveau à compter du 1er juin prochain et ce jusqu’au 31 décembre 2012 pour permettre aux minotiers industriels d’alimenter les stocks.
Toujours selon les données fournies par l’ONICL, la transformation industrielle des céréales a atteint, à fin avril, 61Mqx, soit une progression de 0,5 pur cent en glissement annuel. A la même date, la minoterie industrielle a écrasé 45 pour cent de blé tendre produit localement.
Depuis le début de la campagne agricole 2011-2012, le Maroc a importé 52,5 Mqx de céréales, dont 47% de blé tendre, ce qui représente, 10% de moins par rapport à la même période de la campagne précédente.
Quant aux farines libres et subventionnées, elles représentent, respectivement, 55 et 14 pour cent des fabrications de la minoterie industrielle.
Le Maroc est l’un des pays où la consommation de blé par habitant est l’une des plus élevée du monde (258 kg par an et par habitant).
La France demeure un des principaux fournisseurs du Royaume en céréales avec une part de 37 pour cent de l’ensemble des importations. 63 % du blé importé par le Maroc vient de l’Hexagone.
Au Maroc, en raison du morcellement des terres arables réservées aux cultures céréalières, le déficit pluviométrique, les années de sécheresse souvent récurrente, ont incité de nombreux agriculteurs a abandonner cette filière jugée peu rentable, amplifiant ainsi la dépendance du pays des importations de l’étranger pour couvrir les besoins en blé, en maïs et en orge. Avec la croissance démographique, ces besoins sont en constantes croissance ce qui alourdit chaque année un peu plus la facture budgétaire surtout que ces denrées de base son subventionnés par l’Etat pour maintenir la stabilité sociale.

A propos de Abdenbi EL OUADGHIRI

Un commentaire

  1. ouamar youssef

    ANASSI G7 E7 N°68 BERNOUSSI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page