Maroc: La production céréalière définitive est de 51 MQx, en baisse de 39%

La production marocaine définitive des trois principales céréales pour l’année 2011-2012, a atteint 51 millions de quintaux (blé tendre, blé dur et orge), accusant une baisse de 39,1 % par rapport à la précédente campagne.
Le rendement des cultures céréalières a chuté cette année de 38%.
Selon les données publiées mardi par le Ministère de l’agriculture et de la pêche maritime, le niveau de la collecte s’élevait à fin juin 2012, à 9,8 millions de quintaux de blé tendre, en hausse de 8 pc par rapport à la même période de la campagne 2010-2011. La superficie emblavée a été de l’ordre de 5 Millions d’Ha en légère baisse de 1.5%, donnant lieu à un rendement moyen de 10.1 Qx/Ha.
La région Fès-Boulmane vient en tête avec 48 pc du volume global de blé tendre collecté, suivie par Doukkala-Abda (11 pc) et Meknès-Tafilalt (9 pc). Le reste des régions totalise 32 pc de la collecte.
Le Poids spécifique (PS) des grains de blé tendre relevé par l’Office national interprofessionnel des céréales et légumineuses (ONICL) a atteint une moyenne nationale de 81,3 kg/hl dépassant le niveau de la qualité standard (77 kg/hl). Le PS pour l’actuelle récolte varie d’une région à l’autre entre 80 et 84 Kg/hl.
La campagne céréalière 2012 a été caractérisée par « une bonne qualité de grains », sauf pour le blé tendre dont la qualité aurait souffert selon l’ONICL, de taux d’impureté, d’humidité, d’orge, de casse, etc., se situant largement en dessous des normes standard.
Les mauvaises performances de la campagne 2011-2012 s’expliquent essentiellement par le déficit pluviométrique enregistré durant le mois de février et mars 2012. Les basses températures ayant caractérisé ces deux mois de l’année, ont toutefois contribué favorablement à l’atténuation des effets négatifs de l’absence des pluies. L’amélioration des conditions climatiques vers la 3ème décade du mois de mars et au courant du mois d’avril ayant connu un cumul pluviométrique de 62 mm, a été très bénéfique pour la production ainsi que pour la qualité des grains, précise le Ministère.
En raison du manque à gagner au niveau de la production céréalière nationale, l’Etat sera obligé d’importer de grandes quantités de blé au risque d’aggraver davantage le déficit de la balance commerciale du pays et de vider un peu plus la caisse de compensation déjà lourdement impactée par la subvention des produits pétroliers totalement importés.
L’Etat a également mis la main à la poche en débloquant une enveloppe de 1,35 milliard de Dirhams pour venir en aide aux agriculteurs sinistrés et surtout aux éleveurs de bétails pour la préservation du cheptel national, sachant que l’agriculture représente environ 15% du PIB du Maroc et emploie près de 60 % de la population active du Royaume.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Extension de 8.000 Ha de la superficie dédiée au palmier dattier à Drâa-Tafilalet

La superficie dédiée au palmier dattier dans la région du Drâa-Tafilalet, au centre-sud du Maroc, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *