Les stocks actuels de blé tendre couvrent cinq mois des besoins des minotiers

Les stocks de blé tendre, principale céréale consommée au Maroc, ont dépassé les 20 millions de quintaux (Mqx) à fin juin, soit 40 % de plus par rapport au volume du mois de mai dernier.
Les minotiers industriels disposent ainsi de plus de 5 mois de réserve pour répondre à leurs besoins des écrasements, précise l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).
Pour ce qui est des stocks des céréales détenus par les opérateurs déclarés à l’ONICL et au niveau des silos portuaires, ils ont atteint 25,3 Mqx à fin juin, en progression de 26 % par rapport au mois précédent.
A la fin du 1er mois de la campagne de commercialisation 2012-2013, près de 9,8 Mqx ont été collectés, ce qui permettra de maintenir les stocks à un niveau élevé durant les prochains mois à venir, précise lundi, l’Office dans son dernier bulletin d’information sur le marché des céréales. Près d’un cinquième de cette quantité est déjà engagée pour la fabrication des farines subventionnées. La transformation industrielle du 1er mois de la campagne 2012-2013, a atteint 5,1 Mqx, en baisse de plus de 14 % par rapport à la même période de la campagne précédente.
L’utilisation du blé local par les minoteries industrielles a atteint 30 %, durant juin, premier mois de la campagne de commercialisation et devrait augmenter durant juillet et août compte tenu du rythme actuel de la collecte.
Les farines libres sont produites à partir du blé tendre, du blé dur et de l’orge avec une prépondérance des farines de blé tendre (70 %), tandis que les farines subventionnées issues du blé tendre représentent 14 pc des produits de la minoterie et 20 pc des produits fabriqués à partir du blé tendre.
Quant aux semoules, elles sont fabriquées principalement à partir du blé dur (91 pc), mais aussi à partir de l’orge (9 %).
Le blé tendre local est d’une « très bonne qualité » cette année avec un poids spécifique moyen dépassant les 80 kilogrammes par hectolitre et des taux d’impuretés très faibles, explique l’ONICL.
Par ailleurs, l’importation du blé tendre est soumise depuis le 1er juin, à 17,5 %  de droits de douane, alors que celles du blé dur sont soumises durant juin et juillet, à un taux de 170 %. Il faudra attendre jusqu’au 1er août pour que les importations de blé dur soient exonérées des droits de douane et ce jusqu’à fin décembre et celles de l’orge resteront suspendus jusqu’à fin 2012.
Ces exonérations sont prévues pour palier à la hausse des cours mondiaux des céréales et assurer un approvisionnement normal du marché national et alimenter les stocks céréaliers en attendant la prochaine campagne.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

FAO-Greenpeace : Le Maroc 15ème consommateur mondial de pesticides à l’hectare

Le Maroc utilise 1,51 kg de pesticides à l’Hectare (HA) contre 3,66 kg/HA chez son …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *