Maroc : Pas d’inquiétudes quand à la couverture des besoins du pays en blé tendre

Les stocks actuels du blé tendre au Maroc couvrent plus de 4 mois d’écrasement des minoteries industrielles. Les importations de cette denrée ne s’imposent pas pour le moment, mais le Royaume est obligé de recourir dans les mois qui suivent à l’importation de blé tendre pour répondre à ses besoins intérieurs. A la fin de la première semaine d’août 2012, la collecte nationale du blé tendre a atteint 13,9 millions de quintaux (Mqx) dépassant nettement les prévisions initiales établies par les autorités de tutelle.
Dans un communiqué conjoint, le ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime et l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL) ont assuré jeudi que « la collecte par les minotiers et les opérateurs céréaliers, a même dépassé les prévisions initiales grâce aux mesures prises par le gouvernement pour soutenir les prix payés aux producteurs et la bonne qualité caractérisant le blé national lors de cette campagne ».
Après avoir atteint son maximum à fin juin 2012, grâce au stock de report relativement important et au bon déroulement de la collecte, ajoute la même source, le stock en blé tendre détenu par les opérateurs devrait s’établir à fin août, à 17,5 Mqx, soit un niveau très confortable qui laisse encore 4 mois de réserves pour les minotiers industriels.
En comparaison avec la campagne précédente où la production nationale était pourtant nettement supérieure (42 Mqx au lieu de 27 Mqx cette année), explique l’ONICL, le stock détenu par le Maroc à fin août 2011 était de 18,6 Mqx et les importations n’ont débuté qu’à la deuxième quinzaine de novembre.
Dans le cadre des accords de libre-échange avec les Etats-Unis et l’Union européenne, le Maroc doit lancer des appels d’offres pour importer du blé tendre sous des conditions douanières préférentielles.
Ceux lancés les 13 et 15 août 2012, se sont distingués par une absence d’offres par les importateurs marocains à cause des prix de revient jugés moins compétitifs par rapport à ceux du marché local.
Contrairement aux informations véhiculées dernièrement par les médias nationaux sur le refus des producteurs américains d’approvisionner le Maroc en blé tendre en raison de la sécheresse qui frappe leur pays, l’ONICL se montre assurant en affirmant que les principaux pays fournisseurs de céréales au Maroc (dont les USA et l’UE), n’ont jamais failli à leurs engagements envers le Maroc. De telles informations, ajoute l’Office, sont infondées.
Les experts du ministère et de l’ONICL, suivent de près la situation de la collecte, l’évolution du stock du pays en blé tendre et la tendance des cours des matières premières dur le marché international. Le recours aux importations de blé n’est prévu qu’après l’écoulement du plus gros de la récolte nationale. Ces affirmations rassurent non seulement les professionnels de la minoterie industrielle mais surtout le citoyen qui craint la disette et les surenchères particulièrement dans le secteur de l’alimentation.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Extension de 8.000 Ha de la superficie dédiée au palmier dattier à Drâa-Tafilalet

La superficie dédiée au palmier dattier dans la région du Drâa-Tafilalet, au centre-sud du Maroc, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *