Laâyoune abritera le 2ème Forum international sur l’agriculture biosaline en mars 2022

La ville de Laâyoune se prépare à accueillir du 29 au 31 mars 2022, la deuxième édition du Forum international sur l’agriculture biosaline qu’organisent la Fondation Phosboucraâ, l’Université Mohammed VI Polytechnique, l’Institut national de recherche agronomique (INRA) et le Centre international pour l’agriculture biosaline (ICBA), basé à Dubaï aux Emirats Arabes Unis.

Les débats de cette rencontre scientifique se focaliseront sur l’impact de la salinisation des sols et de l’eau sur les écosystèmes et l’agriculture ainsi que ses effets sur la sécurité alimentaire dans le monde entier.

Il s’agira de cartographier avec précision les zones déjà affectées par la salinité ou menacées de l’être à l’échelle mondiale et de définir les stratégies et les pratiques appropriées pour lutter efficacement contre les effets de la salinisation des sols.

Lors de la première édition du Forum, les discussions avaient porté notamment sur le concept d’utilisation de l’eau salée pour l’irrigation afin d’augmenter la production alimentaire.

Sont attendus à ce rendez-vous international, des chercheurs, des scientifiques et des conférenciers des quatre coins du monde, invités à échanger sur cette thématique et à présenter des solutions pour une gestion optimale des ressources hydriques dans les régions désertiques et notamment l’utilisation de l’eau saumâtre de différentes origines dans l’agriculture et les culture fourragères.

La tenue de cette deuxième édition dans la capitale du Sahara marocain, vient consacrer une coopération scientifique internationale engagée depuis 4 ans dans le domaine de l’agriculture en milieu salin au niveau du périmètre de Foum El Oued où sont menées des expérimentations sur 19 cultures susceptibles de supporter la salinité des sols.

Sur le terrain des formations aux pratiques agronomiques ont bénéficié aux petits agriculteurs locaux et leur ont permis de réaliser des rendements de production importants et d’améliorer ainsi leurs sources de revenus tout en contribuant à la sécurité alimentaire dans la région de Laâyoune.

Parmi les cultures expérimentées dans le périmètre Foum El Oued, figurent le Blue Panicum, une graminée fourragère riche en protéine, le Sesbania, une plante légumineuse et fourragère et le quinoa, qui produit une graine alimentaire avec un rendement de grains élevés atteignant des moyennes de 3 tonnes de graines de bonne qualité à l’hectare.

About Chakib el habti

Check Also

Remise des prix à Meknès, aux gagnants du 4ème Concours des produits de terroir

Plusieurs coopératives agricoles ont reçu des prix et des médailles lors d’une cérémonie organisée ce …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *