L’Accord de pêche «Maroc-UE» sur la table des discussions de la 4ème Commission mixte à Rabat

La quatrième Commission mixte de l’Accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable ente le Maroc et l’Union européenne (UE) s’est réunie ces 9 et 10 novembre 2022 à Rabat.

L’actuel Accord de Partenariat dans le Domaine de la Pêche Durable et son protocole de mise en œuvre, entrés en vigueur le 18 juillet 2019, ont balisé le terrain pour un cadre de gouvernance stratégique avec le Maroc, partenaire clé de l’Union européenne dans le cadre de sa politique de voisinage.

Cet accord est sensé contribuer à la préservation des ressources maritimes et au développement économique et social des populations du Royaume vivant près des zones maritimes concernées par l’accord.

Dans un communiqué conjoint publié à l’issue des travaux de leur réunion, les deux parties se sont félicitées de la gestion de l’accord de partenariat et de l’engagement conjoint à trouver des solutions aux contraintes dans cette gestion qui leur ont été imposées par les différentes crises internationales actuelles.

Préoccupés par la préservation des ressources halieutiques, les scientifiques se sont concentrés sur l’examen des aspects scientifiques de l’accord et se sont accordés pour poursuivre les travaux scientifiques conjoints en ce sens.

Pour rappel, l’Union européenne apporte une contribution financière totale estimée à 208 Millions d’euros répartis sur 4 ans (48,1 M€ pour la 1ère année, 50,4 M€ pour la 2ème et 55,1 M€ pour la 3ème et la 4ème année) incluant la compensation pour l’accès aux zones de pêche maritime marocaines, l’appui au secteur marocain de la pêche et le paiement des redevances par les armateurs.

La mise en œuvre du protocole donne accès à environ 130 navires battant pavillon des 10 Etats membres de l’UE bénéficiaires de cet accord de partenariat.

L’Union européenne soutient ainsi les projets de développement du secteur de la pêche et de l’aquaculture, notamment en matière de renforcement de la recherche halieutique, d’appui au développement de la pêche artisanale, d’amélioration des conditions de débarquement, de contrôle au port et de valorisation des produits de la mer.

La Commission mixte a également examiné la répartition géographique et sociale de la contrepartie financière afin de veiller à ce que l’accord profite aux territoires concernés, proportionnellement à l’activité de pêche des navires européens. Enfin, les deux parties ont examiné les recommandations de la réunion scientifique portant sur la préservation des ressources halieutiques du Royaume.

 

About Jean Bakari

Check Also

Sécheresse : Les autorités de Guelmim interdisent la culture de la pastèque et du melon

Les autorités la province de Guelmim ont décidé d’interdire cette année, la culture de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *