production-laitLa production de lait au Maroc qui a reculé en 2012 à cause de la mauvaise année agricole, s’est nettement appréciée en 2013. La production nationale de lait a progressé de 12%, à 2,8 milliards de litres contre 2,5 milliards de litres en 2012 et 2,2 litres en 2011. La production des viandes rouges s’est améliorée de 4%, atteignant plus de 480.000 tonnes. Le volume de production laitière reste toutefois, en deçà des objectifs fixés par le contrat-programme signé en avril 2009 entre l’Etat et la Fédération interprofessionnelle marocaine de lait (Fimalait) qui prévoyait une production de trois milliards de litres de lait à la fin de son échéance en 2014. Nous sommes bien loin des 5 milliards de litres sur lesquels tablent le Plan Maroc Vert pour la filière laitière d’ici 2020. La structure de l’industrie laitière est composée de 2 grands groupes. Le secteur de l’industrie de transformation est très concentré autour de 82 opérateurs, dont 2 contrôlent 80% des volumes traités. Ce secteur agrège massivement les producteurs en amont et collecte aujourd’hui entre 75 et 80% des volumes produits. Des circuits importants de distribution informels composés de «mahlabats» (laiteries) qui représentent 20 à 25 % des volumes collectés et non manufacturés. Les efforts substantiels concédés pour l’importation des races améliorées, la vulgarisation des techniques d’élevage, la vaccination, la lutte contre les épizooties, l’amélioration génétique et les programmes d’urgence déployés en périodes de sécheresse ont largement contribué au développement du secteur laitier au Maroc. Par ailleurs, l’amélioration génétique, avec l’importation de bovins laitiers (près de 300 000 génisses pleines de 1970 à 2006) et l’insémination artificielle (qui touche prés de 20% du cheptel laitier), ont induit une mutation profonde de la structure du cheptel. Ainsi, la part du cheptel de races locales a été réduite de 90 à environ 53 % entre 1975 et 2004. Grâce à ces mesures, la production nationale de lait a pu  progresser de 108 % entre 2002 et 2012. Le secteur génère un chiffre d’affaires de 7,85 milliards DHS par an et participe à la formation de revenu de près de 300.000 producteurs permanents et de 100.000 producteurs saisonniers assurant un revenu d’appoint stable. La filière assure également 461.000 emplois permanents, dont 13.000 dans l’industrie laitière (environ 10% des ETP agricoles). En 2010 le cheptel laitier était de 1,8 millions de vaches reproductrices et le nombre de centres de collecte de lait dépassait les 2.000 unités. Les conditions climatiques favorables, la bonne production céréalière et le couvert végétal satisfaisant au niveau des principales zones de parcours ont bien profité en 2013 à la filière laitière et au secteur de l’élevage.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Maroc-Pêche : Les exportations des produits de la mer en hausse de 7% à fin septembre 2020

Les exportations marocaines des produits de la mer ont progressé durant les neuf premiers mois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *