Dernières nouvelles
Dawajine-2014: Les indicateurs du secteur avicole en hausse

Dawajine-2014: Les indicateurs du secteur avicole en hausse

Dawajine 2014-2Les filières de l’aviculture et secteurs annexes ne chôment pas au Maroc, tous les indicateurs sont à la hausse.

Le constat intervient à l’occasion de la 17ème édition du Salon avicole marocain “Dawajine-2014”, organisée du 25 au 27 novembre à Casablanca.

Cette année, le Salon a rassemblé plus de 10.000 visiteurs professionnels et près de 360 exposants et marques, dont 60% de sociétés étrangères en provenance d’Europe, d’Amérique, d’Afrique et d’Asie.

La progression significative du nombre des visiteurs étrangers, en particulier d’Afrique du Nord et de l’Ouest, a fait de “Dawajine” un salon avicole de référence au niveau régional, s’est réjoui le président de la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole au Maroc (FISA), Youssef Alaoui. A l’instar des précédentes éditions, Dawajine-2014 a vu la participation de centaines de spécialistes marocains et étrangers de l’aviculture et des industries annexes.

Le secteur avicole au Maroc qui est en constante progression a connu durant la dernière décennie, une hausse moyenne de 7,7% de la production de viandes blanches et de 3,5 % des œufs frais destinés à la consommation interne.

A fin 2013, la production des viandes blanches a atteint 420.000 tonnes de poulets de chair et 75.000 tonnes de dindes. Le chiffre d’affaires de la filière est estimé à quelques 30 milliards de DH. Le secteur assure 360.000 emplois dans les élevages, les usines d’aliments, les couvoirs, les abattoirs, les unités d’emballage et de conditionnement, de construction des bâtiments d’élevage et de fabrications du matériel et des équipements spécifiques à la filière.

Le même rythme de croissance est observé dans la catégorie des œufs à couver et celle des poussins d’un jour, dont la production s’élève à fin 2013, à 15, 6 millions d’unités de type ponte et à 340 millions de type chair. Cette offre dépasse de loin les besoins des unités de production nationale du poulet de chair, relèvent les dirigeants de la FISA.

Pour remédier à cette situation, les aviculteurs marocains devraient se focaliser selon le secrétaire général FISA, Ahmed Fadil, sur l’exportation notamment en direction des marchés d’Afrique subsaharienne et de la Russie. Cette expérience entamée depuis 2009, demeure néanmoins, handicapée par l’absence d’une logistique adéquate en raison de la cherté et de l’irrégularité du fret aérien.

Les autorités de tutelles encouragent aussi les professionnels à profiter de l’embargo russe décrété contre les produits avicoles européens, pour se positionner sur ce marché gros consommateur de viandes blanches.

A propos de Chakib el habti

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page