Les éleveurs de volaille utilisent des produits vétérinaires nocifs !

vaccination-volaille2jpgLe consommateur marocain ne se pose pas trop de questions quand il veut acheter la viande en général et le poulet de chair en particulier.
Pourtant, la plupart des éleveurs de volailles (poulet de chair, pondeuses, dindes etc.) n’hésitent pas à administrent parfois à l’aveuglette, un tas d’antibiotiques à leurs volatiles, que le consommateur risque de retrouver dans son assiette et ensuite dans son estomac. Avec le temps, cette pratique rend son corps résistant à ces antibiotiques, c’est ce que rapporte le quotidien marocain Al Massae dans sa livraison de ce week-end 16-17 mai.
Des médecins vétérinaires ont révélé selon le journal arabophone, que de grandes fermes d’élevage avicole au Maroc, recourent à l’usage d’antibiotiques, non autorisés et nocifs pour la santé animale et humaine, pour le traitement de leurs volailles et un engraissement optimum avant l’abattage.
Alors que des chaînes de restauration internationales ont été interdites de s’approvisionner en volaille traitée aux antibiotiques, voilà que la substance illicite est introduite au Maroc et utilisée par des éleveurs sans scrupules dont le seul souci est de se faire de l’argent. Les vétérinaires ont également leur part de responsabilité dans le recours outre-mesure aux antibiotiques, sachant que les vétérinaires prescrivent et vendent eux-mêmes ces produits aux aviculteurs. Il faudra un jour, penser à découpler ces deux fonctions pour éviter les conflits d’intérêts.
Arsenic, farines animales, hormones, antibiotiques sont administrés de manière incontrôlée aux animaux d’élevage, dont la volaille, destinés à la consommation humaine, dans de nombreux pays, comme le Maroc, où le contrôle sanitaire est très laxiste.
Se référant aux mêmes sources, Al Massae assure que ces substances illicites ont été introduites progressivement au Maroc via le port de Casablanca comme simples produits pharmaceutiques et vétérinaires.
Plus connue sous le nom de “mirikania” (l’Américaine), la substance incriminée, qui peut avoir de graves effets secondaires sur la santé des consommateurs, est utilisée clandestinement pour activer de manière anormale la croissance des poulets de chair.
L’usage abusif et inapproprié de ces produits, expliquent les vétérinaires, multiplie la présence d’agents pathogènes rares et résistants dans le corps du consommateur, d’où leur danger croissant sur sa santé et qui n’est perceptible qu’avec le temps.

About Chakib el habti

Check Also

Maroc-Pêche : Les exportations des produits de la mer en hausse de 7% à fin septembre 2020

Les exportations marocaines des produits de la mer ont progressé durant les neuf premiers mois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *