Dernières nouvelles
Grippe aviaire: Le Maroc suspend l’importation de France de la volaille et dérivés

Grippe aviaire: Le Maroc suspend l’importation de France de la volaille et dérivés

grippe-aviaire-FranceLe Maroc a suspendu provisoirement l’importation de volailles et des produits dérivés à partir de la France où ont été signalés en novembre dernier, de cas de foyer de grippe aviaire dans ce pays qui fournit en autres, au secteur avicole marocain, 60% de ses besoin en poussins reproducteurs.

La décision a été annoncée ce jeudi 28 janvier par l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires, précisant que cette nouvelle suspension provisoire, fait suite à l’apparition de cas d’influenza aviaire « hautement pathogène » (sérotype H5N1, H5N2 et H5N9) en novembre dernier en France.

Pour prévenir toute propagation du virus, l’ONSSA envisage un « zonage sanitaire », un principe qui est appliqué par tous les pays membres de l’Union européenne et les USA.

C’est dans ce sens que de nouveaux modèles de certificats sanitaires ont été validés avec les autorités vétérinaires officielles des pays exportateurs, notamment la France, les USA, le Royaume-Uni et l’Espagne et qui exigent notamment, en plus des analyses de laboratoire, que les élevages de provenance se trouvent dans des zones indemnes, situées à une distance minimale de 100 km de tout foyer d’influenza aviaire.

A leur arrivée au Maroc, les lots de poussins importés sont désormais soumis à des analyses complémentaires et restent sous la surveillance des vétérinaires privés mandatés à encadrer ces unités sous le contrôle des services vétérinaires de l’ONSSA.
Pour l’heure, aucun cas de grippe  aviaire hautement pathogène n’a été détecté au Maroc. En revanche, des cas de mortalités ont été signalés dans quelques fermes de poulets de chair, où les analyses de laboratoire ont révélé la présence d’un virus de souche faiblement pathogène (IAFP), « qui reste facile à maitriser » et « ne constitue aucune menace pour le consommateur », assure l’ONSSA.

« Ce virus est à ne pas confondre avec les types de virus isolés en France qui sont à déclaration obligatoire et qui nécessitent l’application des mesures sanitaires d’isolement et d’abattage des volailles infectées », lit-on dans le communiqué de l’office.
Les autorités sanitaires du Royaume ont mis en œuvre un plan de contrôle avec cartographie des élevages atteints, placé sous surveillance les élevages en prévoyant le renforcement des mesures de biosécurité et la vaccination préventive des élevages de reproducteurs et de pondeuses.

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page