Dernières nouvelles
Des opérateurs marocains de la pêche en visite de prospection au port français Lorient

Des opérateurs marocains de la pêche en visite de prospection au port français Lorient

port-Keroman-1Une quinzaine d’opérateurs marocains du secteur de la pêche maritime ont effectué, ces jeudi et vendredi, une visite d’information et de prospection dans le port de pêche de la ville française de Lorient (Nord-ouest).

Organisée à l’initiative de l’Office national marocaine des pêches (ONP), dans le cadre de son partenariat avec le port de pêche de Lorient Keroman, cette mission a pour but de développer des collaborations et des échanges commerciaux avec les acteurs de Lorient relevant du département du Morbihan.

Durant la journée de jeudi, la délégation marocaine composée de représentants de l’ONP, des deux fédérations de mareyage, d’exportateurs et d’autres opérateurs économiques, a assisté, très tôt, aux ventes des produits de la pêche côtière et hauturière, avant une tournée dans le port. «Impressionnés par la diversité des espèces traitées à Lorient» et «l’important savoir-faire en matière de valorisation », ils ont enchaîné sur des rencontres et des visites, entre autres, de la plate-forme logistique STEF et du centre européen de formation maritime continue.

La journée de vendredi a été consacrée aux échanges d’expérience entre les professionnels français et marocains, dans le but d’améliorer la valorisation de la production des produits de la pêche au Maroc, principalement sur des espèces pélagiques comme la sardine.

Avec 3.500 km de côtes, 7 marchés de gros au poisson et 22 ports de pêche avec en tête ceux de Dakhla, Laâyoune et Agadir qui traitent à eux seuls, près de 75 % des 1,2 million de tonnes de poissons et crustacés que produit annuellement le Maroc, le secteur de la pêche génère chaque année, un chiffre d’affaires global de 600 millions d’euros.

Grâce à ces potentialités, le Royaume représente une réelle opportunité pour Lorient Keroman, premier port de pêche français par la valeur de ses débarquements, qui «cherche à développer les approvisionnements et garantir la diversité et la régularité de l’offre».

Dans les prochains mois, une vingtaine de professionnels français feront le voyage inverse et iront visiter les infrastructures du port d’Agadir, des ateliers de marée et des unités de transformation.

Pour rappel, la SEM Lorient-Keroman, qui gère ses installations portuaires et dont Lorient Agglomération est l’actionnaire majoritaire, a signé, il y a deux ans, un protocole de coopération avec l’ONP. Cet accord portait sur le développement d’une pêche durable et responsable, la gestion et la modernisation des infrastructures portuaires, la préservation de l’environnement, la valorisation et la commercialisation des produits de la pêche, ou encore sur la traçabilité et la connaissance du marché et du secteur.

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page