Dernières nouvelles
Fin de la grève des sardiniers dans la zone sud du Maroc

Fin de la grève des sardiniers dans la zone sud du Maroc

Les armateurs sardiniers dans la région sud du Maroc ont mis fin à leur grève après la signature le 19 janvier, d’une entente avec les industriels du poisson sur une augmentation du prix de vente de la sardine de 20 centimes le kilo, a annoncé jeudi, le syndicat des armateurs des bateaux de pêche de la région sud du Maroc, précisant que les navires regagneront la mer, dès lundi prochain.

La décision des armateurs intervient à la suite d’une rencontre ce jeudi,  avec les associations professionnelles de l’industrie de la conserve de poisson, mettant fin à un débrayage qui a duré plus d’une dizaine de jours.

Parmi les signataires de cet accord figurent le  président de la Fédération des industries de transformation et de valorisation des produits de la pêche (FENIP), Hassan Sentissi et un représentant de l’Union nationale des industries de la conserve de poisson (UNICOP).

Les participants ont pris en considération une lettre de la société civile qui réclamait la reprise des activités, au regard des conséquences socio-économiques engendrées par cet arrêt de travail, sachant que la sardine est le produit de mer le moins cher et le plus consommé au Maroc.

Les pêcheurs de la sardine revendiquaient une hausse du prix de vente du poisson industriel, ce que les associations de l’industrie du poisson ont rejeté en bloc.

A présent que la grève a été suspendue, les pêcheurs et industriels se sont engagés à poursuivre leurs discussions afin de trouver des solutions durables qui conviennent à l’ensemble des intervenants de la profession.

Au début de la campagne de pêche de la sardine en septembre 2016, le ministère de l’agriculture et de la Pêche avait décidé, sous conseil de l’Institut national de la recherche halieutique (INRH), de réduire le quota des captures de sardines de 3.000 à 2.000 tonnes par bateau, dans le but de préserver les ressources halieutiques.

Suite à un premier arrêt de travail des armateurs de la pêche à la sardine, le département de tutelle a rehaussé le quota en le fixant à près de 2.200 tonnes par bateau. Mais les pêcheurs ont repris leur mouvement de grève pour réclamer cette fois-ci, une augmentation du prix de vente de leur poisson aux industriels.

Ils ont fini par obtenir au terme de l’accord du 19 janvier, 20 centimes de plus le kilo, alors qu’ils réclamaient une hausse de 60 centimes le kilo, pour un prix de vente oscillant actuellement entre 3 et 3,50 dirhams le kilo.

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page