Dernières nouvelles
Les abattoirs de Casablanca agréés par l’ONSSA certifiés ISO 22000

Les abattoirs de Casablanca agréés par l’ONSSA certifiés ISO 22000

Les Abattoirs de Casablanca ont réussi a obtenir l’agrément de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires (ONSSA) et la certification ISO 22000, après leur mise à niveau pour laquelle la ville a déboursé une enveloppe de 30 millions de DH.

La mise à niveau et aux normes des Abattoirs de Casablanca a été couronnée par l’obtention de l’agrément de l’ONSSA et la certification ISO 22000 VS 2005, a annoncé vendredi lors d’un point de presse à Casablanca, le président du Conseil de la ville de Casablanca, Abdeaziz El Omari.

Il a expliqué à ce propos que les viandes issues d’un abattoir agréé et certifié sont produites dans des conditions d’hygiène et de sécurité sanitaire conformes aux normes, grâce, a-t-il dit, aux systèmes d’autocontrôle, de vérification, de surveillance et d’amélioration continue du système mis en place.

L’usage de l’ammoniac est désormais banni dans les nouvelles installations des abattoirs de Casablanca offrant une meilleure gestion et une traçabilité rigoureuse, déclare Jamal Chaârani, DG de Casa Prestations, une société déléguée qui a pris en mains la gestion des abattoirs depuis 2015, après le départ anticipé de la société turque Unluër.

« Le nouveau système utilise l’eau glycolée qui ne présente aucun danger pour la santé des usagers ni des riverains », a confié à la presse le DG de Casa Prestations (SDL).

Il a en outre précisé que le nouveau système d’information qui a coûté environ 1 MDH, devrait garantir une transparence dans la gestion des abattoirs en notifiant toutes les données par écrit ce qui permet de remonter, en cas de besoin, l’information jusqu’à la source.

La ville a déjà investi 30 millions de DH pour la rénovation des abattoirs et compte investir durant ls trois prochaines années 98 MDH supplémentaires pour achever tout le processus d’équipement, a ajouté Abdelaziz Elomari, assurant que les chevillards, peuvent désormais commercialiser leurs produits partout au Maroc et même en exporter.

Mais les chevillards attendent toujours d’obtenir une baisse de la taxe d’abattage qui est actuellement de l’ordre de 1,69 DH/kg, ce qui réduirait l’abattage clandestin très répandu dans la ville. Annuellement, 30.000 tonnes de viandes transitent par des abattoirs de Casablanca dont la capacité réelle est de 60.000 tonnes.

Selon une source proche de la SDL, cette activité a rapporté à la ville 23 MDH de recettes fiscales en 2016 alors que Casa Prestations a encaissé 41 MDH, qu’elle « réinvestit dans les abattoirs ».

A propos de Chakib el habti

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page