Dernières nouvelles
Maroc-Fièvre aphteuse : Un million de bovins vaccinés jusqu’au 6 février

Maroc-Fièvre aphteuse : Un million de bovins vaccinés jusqu’au 6 février

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a annoncé dans un communiqué, avoir vacciné jusqu’au 6 février, plus d’un million de bovins contre la fièvre aphteuse dans le cadre de sa campagne nationale 2019.

Pour éviter la propagation du virus, l’Office a lancé une campagne de vaccination sur toute l’étendue du territoire national qui a permis la vaccination de plus d’un million de bovins par un staff de 552 médecins vétérinaires privés mandatés avec le concours des techniciens et des vétérinaires travaillant pour le compte de l’ONSSA.

D’après l’Office, le taux de vaccination des bovins a atteint les 100% dans certaines provinces, telles Oujda, Boujdour et Laâyoune, alors que l’opération de vaccination se poursuit dans les autres régions du Royaume pour couvrir l’ensemble du cheptel national des bovins.

A signaler que ces campagnes nationales de vaccination contre la fièvre aphteuse sont organisées régulièrement chaque année, par l’ONSSA depuis 2014 et ce à titre gratuit, pour prémunir le cheptel national contre cette maladie mortelle dont le virus ne se transmet pas néanmoins aux hommes.

Pour rappel, élevages de bovins ont été touchés au début de cette année dans certaines régions du Royaume, suite à l’apparition d’une nouvelle souche du virus de la fièvre aphteuse.

Mais dès la découverte de ces foyers, les services vétérinaires de l’ONSSA sont rapidement intervenus avec le soutien des autorités locales pour circonscrire la maladie en moins de 24 heures. Ils ont en même temps procédé à la destruction et à l’enterrement de tous les bovins infectés, en mettant en quarantaine l’exploitation concernée et en prenant les mesures d’hygiène et de prévention qui s’imposent.

Les éleveurs ayant perdu leurs bestiaux devraient être indemnisés par l’ONSSA conformément à la réglementation en vigueur qui fixe les taux des indemnisations suivant le type, l’âge et la race de l’animal décédé en tenant compte des prix sur le marché.

A propos de Houda samlali

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page