Dernières nouvelles

La création d’une escale à Dakhla par CMA CGM irrite les agriculteurs espagnols

Les agriculteurs espagnols sont montés au créneau pour exprimer le mécontentement contre le renforcement par le groupe français CMA CGM, leader mondial du transport maritime et de la logistique, de son service Morocco Shuttle avec la programmation d’une nouvelle escale au port de Dakhla pour le 12 septembre courant.

Cette opération est accompagnée de l’entrée en service du CMA CGM Agadir, troisième navire du groupe battant pavillon marocain.

Mais ces extensions ont été mal accueillies chez le voisin espagnol, la Coordination espagnole des organisations d’agriculteurs et d’éleveurs (COAG) a protesté contre l’ouverture par l’armateur français de son escale à Dakhla.

La COAG estime que la nouvelle ligne de CMA CGM qui reliera Agadir, Casablanca, Tanger et Algésiras permettra au Maroc d’inonder le marché européen de produits originaires du Sahara.

Les agriculteurs espagnols estiment que l’escale de Dakhla permettra au Maroc de renforcer sa logistique maritime et d’accroître ses exportations agricoles vers le marché européen, en provenance des provinces du sud.

Une protestation très mal placée puisque le dernier Accord agricole conclu au début de cet été, entre l’Union Européenne (UE) et le Maroc, inclue textuellement les produits agricoles en provenance du Sahara marocain et leur accorde des préférences commerciales.

La COAG qui dénonce une concurrence déloyale, prétend que les produits transportés depuis Dakhla vont porter «un grand préjudice aux producteurs espagnols, car l’augmentation des volumes se chevauche avec leur calendrier de production et les marchés ciblés sont les mêmes».

Elle souhaite donc que l’UE interdise l’entrée de ces produits sur le marché européen, autrement dit de rompre une clause du dernier Accord agricole qui lie désormais le Maroc et l’UE.

Le comble c’est que l’attitude des agriculteurs ibériques est en parfaite contradiction même avec la position des dirigeants espagnols qui étaient parmi les grands défenseurs européens des deux Accords agricole et de la pêche Maroc-UE. En plus c’est l’Espagne qui compte le plus grand nombre de navires que la flotte européenne est autorisée à déployer dans les eaux maritimes adjacentes aux provinces sud du Maroc.

Au final, les Espagnols se croient plus futés que les autres en acceptant ce qui les arrangent faisant fi du principe «gagnant-gagnant» régissant les transactions commerciales internationales.

A propos de Abdenbi EL OUADGHIRI

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page