Maroc : Les exportations agricoles en berne

La campagne agricole 2012-2013 au Maroc a été sûrement mise à mal par des conditions climatiques défavorables. Pour preuve, les producteurs marocains des produits agricoles traditionnellement destinés à l’export peinent à honorer leurs engagements. La tomate, les agrumes, l’huile d’olive manquent à l’appel. Partout dans ces filières les chiffres s’affichent à la baisse. Le 8 octobre dernier, le ministère marocain de l’Agriculture et de la Pêche annonçait pour les agrumes, des prévisions de production plutôt pessimistes pour l’actuelle campagne. Le volume de production des oranges serait en recul de 27% par rapport à la précédente campagne, soit un volume global de 763.000 tonnes seulement. Pour l’ensemble des agrumes, la production s’établirait à 1,5 million de tonnes, marquant une chute de 24,6% par rapport à l’année écoulée.

Le froid et les fortes chaleurs ont eu également raison des cultures de la tomate surtout dans la grande région productrice du Souss. Comparativement à la même période de l’année écoulée, le volume de la production a chuté de 80% dans le Souss-Massa-Drâa. Pourtant, les prix sur le marché international, sont encourageants.

Selon les exportateurs, le prix du kilogramme de la tomate exportée varie actuellement entre 0,8 et 0,9 euro et atteint même 1,20 euro le kg pour la grosse tomate. Même sur le marché local, la tomate est vendue au gros à 6 DH/kg. Cette hausse inhabituelle à pareille époque sur le marché local, s’explique par une importante baisse de l’offre consécutive à la faible production.

Dans la filière de l’huile d’olive la situation au niveau des exportations est presque catastrophique. Un sentiment de consternation prédomine chez la plupart des professionnels pour la simple raison que les exportations de l’huile d’olive sont quasiment à l’arrêt depuis le début de l’année. A fin août, les exportations d’huile d’olive à l’état brute et raffinée, affichaient une baisse historique de 82 % pour une médiocre recette de 118 millions de Dirhams au terme des huit premiers mois de l’année en cours, contre 660 MDH à la même période de l’année dernière.

La production d’huile d’olive compromise par les conditions climatiques, durant la dernière campagne agricole, a accusé une baisse de 16%, se situant à 1,3 millions de tonnes.

De ce fait, à fin août, les exportateurs marocains n’ont pu écouler sur le marché international 7109 tonnes, contre 35.652 sur la même période en 2011. Pour les exportateurs marocains les pertes sont doubles. En plus de l’importante baisse de la production, ils ont été confrontés à une forte baisse du prix du kilo d’huile d’olive, suite à une sensible augmentation de l’offre que connaît le marché oléicole international. Il y a quatre à cinq ans, le kilo d’olives coûtait plus de 3 euros, aujourd’hui il n’est plus qu’à 1,80 euros, soit environ 18 dirhams/kg, alors qu’il dépasse les 20 DH sur le marché local.

Même pour la production des dattes, principale activité agricole au niveau de la région de Tafilalet, devrait atteindre 30 millions tonnes en 2012, accusant ainsi une baisse de 5 milles tonnes par rapport à l’année précédente.
Enfin une dernière nouvelle pour les agriculteurs marocains, le gouvernement Benkirane a tout récemment annoncé son intention de fiscaliser le secteur agricole en 2013, ce qui n’est pas pour arranger le moral des agriculteurs et surtout des exportateurs, dont le pouvoir de compétitivité encaissera sûrement, un coup dur.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Maroc-Pêche : Les exportations des produits de la mer en hausse de 7% à fin septembre 2020

Les exportations marocaines des produits de la mer ont progressé durant les neuf premiers mois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *