Prêt de l’AFD pour le financement d’un programme du Plan Maroc vert

La France lance une petite bouée de sauvetage au Maroc pour l’aider à surmonter les difficultés qu’impose le déficit pluviométrique qui risque d’impacter lourdement cette année le secteur agricole et de l’élevage. L’Agence française de développement (AFD) vient d’accorder au Maroc, un prêt de 50 millions d’euros et une subvention de 300.000 euros. Le prêt est destiné au financement un volet de l’ambitieux Plan Maroc Vert (PMV). La convention de prêt de l’AFD, a été signée jeudi 8 mars à Rabat, par le ministre de l’Économie et des Finances, Nizar Baraka, le ministre français des Affaires étrangères et européennes, Alain Juppé et le directeur de l’AFD au Maroc, Joël Daligault, en présence du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Destiné au financement des projets agricoles dans les régions défavorisées du nord du Royaume, le prêt devrait contribuer à la mise en œuvre du Programme d’appui au «Pilier II» du PMV, dans les régions de Tanger-Tétouan, Taza-Al Hoceima-Taounate et Fès-Boulemane, précise-t-on à l’AFD. Ce programme a été conçu pour améliorer le revenu des exploitations familiales dans ces zones défavorisées.
Il s’agit entre autres, de projets de construction et d’équipement d’unités laitières, la plantation de vergers (oliviers, amandiers, pruniers, pommiers) et la construction d’unités de valorisation de leurs fruits, l’acquisition de ruches d’abeilles améliorées et la construction d’unités de production de miel, l’installation de parcelles de plantes aromatiques et l’équipement d’unités de distillation.
Des actions pilotes seront, par ailleurs, mises en œuvre dans les trois régions concernées pour l’amélioration de l’accès au crédit bancaire et des techniques de la commercialisation des produits agricoles, la promotion des produits de terroir ainsi que l’amélioration et la vulgarisation des pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement.
Le financement couvre également un programme de formation des promoteurs de projets et des agents et cadres des services agricoles en matière d’approche participative, de commercialisation des produits agricoles et de gestion de projets.
L’objectif final étant de réduire le niveau de pauvreté dans le monde rural et la vulnérabilité des agriculteurs aux aléas économiques et environnementaux. La mise en œuvre du PAPMV, par le ministère et l’Agence pour le développement agricole (ADA), est prévue à partir de cette année.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Monde-Céréales : Le Maroc 9ème importateur mondial de blé en 2020-2021

Le Maroc devrait importer près de 5,5 millions de tonnes de blé durant la campagne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *