Dernières nouvelles

Maroc : L’énergie solaire au service de l’agriculture à moindre coût

Le secteur agricole au Maroc représente 7% de la consommation énergétique nationale, a déclaré le ministre de l’Énergie, des mines et du développement durable, Aziz Rabbah, ce mercredi à Rabat, où il présidait la 1ère réunion de la Commission technique nationale d’efficacité énergétique dans le domaine de l’agriculture.

Cette commission comprend des représentants des ministères de l’Intérieur, des Finances, de l’Agriculture, de la Gouvernance ainsi que ceux de l’Agence marocaine d’efficacité énergétique (AMEE), du Crédit Agricole, de l’Office national de l’eau et de l’électricité et des Fédérations professionnelles d’Agriculture.

Le programme de pompage solaire est structuré pour assurer un retour social direct à travers la formation des jeunes et la création d’emplois, a expliqué le ministre.

Selon l’AMEE, quelque 30.000 exploitations agricoles au Maroc sont équipées de panneaux photovoltaïques (PPV), soit 8,8% des exploitations irriguées.

Les grandes et moyennes exploitations ont adopté la technologie des PPV, dont 76% des installations ont été financées par fonds propres, et seules 4% ont été financées par un crédit bancaire.

Le directeur de l’AMEE, Saïd Mouline avait plaidé en avril dernier, pour des «aides financières aux petits exploitants agricoles afin qu’ils puissent eux aussi accéder à de tels équipements», surtout que le Maroc dispose d’un vaste gisement en énergie solaire, avec plus de 3.000 heures d’ensoleillement par an. Pour une superficie agricole irriguée de 1.700.000 hectares, le potentiel des panneaux photovoltaïques au Maroc est de 3,4 GW.

L’énergie solaire photovoltaïque offre une alternative avantageuse et compétitive par rapport aux autres sources traditionnelles tant pour les agriculteurs que pour l’État, relève l’étude présentée par l’AMEE lors de la réunion de la commission technique nationale d’efficacité énergétique dans le domaine de l’agriculture.

Selon cette étude, les PPV demeurent la source d’énergie la moins chère avec 0,44 DH/m³ et le système de pompage solaire est le plus compétitif par rapport autres systèmes conventionnels.

Selon la même étude, le gas-oil est la source d’énergie la plus chère avec une moyenne de 1,67DH/m³, suivi de l’électricité en basse tension (0,98DH/m³), de l’électricité en moyenne tension (0,78DH/m³) et du butane (0,76DH/m3).

A propos de Houda samlali

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page