FAO: La pêche et l’aquaculture frappées de plein fouet par la crise liée à la pandémie du coronavirus

Les secteurs de la pêche et de l’aquaculture dans le monde ont été frappés de plein fouet par la crise occasionnée par la pandémie de Covid-19 et pourraient être confrontés à de nouvelles perturbations en 2021, « car les confinements affectent l’offre et la demande », souligne un dernier de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
Ledit rapport, intitulé « L’impact de la Covid-19 sur les systèmes alimentaires des pêches et de l’aquaculture », a été présenté lors de la 34ème session du Comité des pêches (COFI) accueillie par la FAO.
L’offre, la consommation et les revenus du commerce du poisson en 2020 auraient nettement diminué à cause des restrictions imposées, relève la FAO, estimant que la production mondiale des produits aquacoles aurait chuté d’environ 1,3%, une baisse jamais enregistrée par ce secteur depuis plusieurs années.
«La pandémie a provoqué des bouleversements généralisés dans la pêche et l’aquaculture, car la production a été perturbée, les chaînes d’approvisionnement ont été interrompues et les dépenses de consommation restreintes par divers confinements », a déclaré la directrice générale adjointe de la FAO, Maria Helena Semedo, soulignant que «les mesures de confinement ont provoqué des changements profonds, dont beaucoup sont susceptibles de persister à long terme».
Les prix globaux pour 2020, mesurés par l’indice des prix du poisson, sont en baisse d’une année à l’autre pour la plupart des espèces de poisson commercialisées, ajoute le rapport, notant que les fermetures de restaurants et d’hôtels dans de nombreux pays ont également impacté la demande et la consommation des produits frais de la mer.
D’après Mme Semedo «l’impact a été plus significatif dans les pays en développement, en particulier ceux qui ont de grands secteurs informels, où les artisans dépendent de la pêche pour leur sécurité alimentaire et leurs moyens de subsistance ».
Les captures mondiales de poissons sauvages auraient également diminué en 2020, l’effort de pêche ayant été réduit en raison des restrictions sanitaires imposées aux équipages des navires de pêche et des mauvaises conditions du marché, souligne le document.
Pour remédier à la situation, la FAO suggère la réduction au minimum, des mesures de restriction aux frontières qui perturbent le commerce des produits alimentaires afin de protéger l’emploi et de faciliter une reprise rapide du secteur sans compromettre la durabilité.

About Jean Bakari

Check Also

Maroc-Pêche : La saison d’hiver de la pêche au poulpe à Dakhla a démarré le 1er janvier

La saison d’hiver de la pêche du poulpe pour le segment artisanal, s’étendant jusqu’au 15 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *