PLF 2013 : Des incitations pour l’aviculture encourageantes mais pas suffisantes

Les professionnels du secteur avicole attendaient une bouée de sauvetage du gouvernement Benkirane. Il semble que leurs doléances ont été entendues même si elles ne seront que partiellement satisfaites. Le ministre de l’Agriculture et de la pêche Maritime, Aziz Akhannouch a profité de l’ouverture de la 15ème édition du Salon national de l’aviculture « Dawajine 2012 » à mercredi Casablanca, pour annoncer la couleur des nouvelles mesures retenues par l’exécutif au profit de la filière dans le cadre du projet de loi de Finances (PLF) 2013. Le but, a-t-il dit, est de réhabiliter et d’améliorer les performances du secteur avicole.

Face à la flambée des prix des céréales (soja, maïs et orge) et des fourrages, a expliqué Akhannouch, le gouvernement a prévu des incitations douanières et fiscales (TVA) afin de contribuer à la stabilité des prix des produits avicoles sur le marché national.

Les professionnels sont appelés, estime le ministre, à relever une multitude de défis pour l’amélioration des circuits de commercialisation, la mise à niveau de l’abattage et du conditionnement des produits avicoles, conformément au contrat-programme 2008-2013 conclu entre le gouvernement et la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA).

Le PLF-2013, prévoit en effet, de baisser les droits de douanes ainsi que la TVA appliquée aux produits avicoles d’importation. Tout en se félicitant pour de telles mesures, la FISA n’a pas manqué de les qualifier de «légères par rapport à ce qui existait».

Le Salon avicole de Casablanca «Dawajine», devenu l’évènement phare des professionnels du secteur avicole se tient du 27 au 29 au Parc des Expositions de la capitale économique du royaume, avec la participation cette année, de 350 exposants  marocains mais également des pays d’Afrique du Nord et de l’Ouest et d’autres pays d’Europe et d’Asie.

En 2010, le secteur avicole national a produit 560.000 tonnes de viandes et permettant ainsi à chaque Marocain d’avoir la possibilité de consommer 17,2 kg de viandes et 138 oeufs par an.

Le Maroc qui a parcouru un bon bout de chemin sur la voie de la mise à niveau et de la modernisation du secteur avicole. L a production avicole en 2010, s’est élevée à 320 millions de poussins, 4,5 milliards d’œufs et 560.000 tonnes de viande blanche. En 2011, le secteur a réalisé un chiffre d’affaires de près de 23,2 milliards de DH et généré environ 110.000 emplois directs et 250.000 emplois indirects. Entre 2009 et 2011, les exportations sont passées d’environ 700.000 à 6,5 millions d’œufs à couver et de 200.000 à environ 1,5 million de poussins d’un jour. Les investissements cumulés dans le secteur s’élèvent selon la Fisa, à 9,4 MMDH.

Mais, là où le bas blesse le plus, c’est au niveau des prix des intrants et de la fiscalité à laquelle est assujettie la profession. Les aviculteurs se plaignent en effet des taxes douanières  jugées trop élevées, en plus du renchérissement des prix des céréales sur le marché international. Le maïs et le soja, dont les prix ont flambé cette année en raison du froid et/ou de la sécheresse ayant affecté plusieurs pays producteurs, constituent respectivement 90% du prix de revient de la volaille et 78% de celui de l’œuf à consommation et à couver. Une hausse fortement ressentie par le secteur, dont le prix de revient ne cesse de monter, contrairement au prix de vente, occasionnant des pertes importantes pour les producteurs et les éleveurs. Depuis la fête de l’Aïd Al Adha, le prix du poulet de chair n’a pas dépassé les 11 DH/KG, alors que son prix de revient oscille entre 12 et 13 DH/KG. Même si à pareille époque de l’année, les aviculteurs sont habitués à une sensible baisse des prix, qui est généralement suivie à court terme, par une reprise des ventes. Si pour le moment  les producteurs et éleveurs «assument» ces pertes, il prévient toutefois que cette situation, prévient le patron de la Fisa, risque de «ne va pas trop durer».

About Chakib el habti

Check Also

Maroc-Aviculture : Marrakech-Safi détient 25% de la production nationale de viande blanche

L’aviculture d’un fort potentiel en termes de production et d’emploi dans la région de Marrakech-Safi …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *