Bruxelles cède le pas pour la conclusion d’un nouvel accord de pêche avec le Maroc

Maria-Damanaki-et-Aziz-Akhannouch1Il a fallu six rounds de négociations aux experts marocains et européens pour parvenir finalement à un nouvel accord de pêche. Encore faudra-t-il attendre que les parlements européen et marocain entérinent cet accord pour qu’il entre en vigueur.

La commissaire européenne en charge des affaires maritimes et de la pêche, Maria Damanaki et le ministre marocain de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Aziz Akhannouch ont en effet, paraphé, ce mercredi 24 juillet à Rabat, un protocole de Pêche d’une durée de quatre ans.

Aux termes de cet accord, 126 bateaux de pêche européens, pour la majorité espagnols, pourront bientôt, si tout se passe comme prévu, reprendre leurs activités dans les zones maritimes du Royaume.
Pour parvenir à un terrain d’entente, Bruxelles a du céder sur certaines de ses exigences initiales dont notamment l’exclusion des zones de pêches limitrophes des provinces sud du Royaume alors qu’elles étaient tout le temps incluses dans les précédents accords de pêche.
De leur côté, les négociateurs marocains ont réussi à imposer nombre de leurs conditions touchant notamment à une gestion durable et responsable des ressources halieutiques ainsi qu’au volet financier.

Le Maroc a pu obtenir 40 millions d’euros à titre de contrepartie financière annuelle, dont 14 millions seront affectés au parachèvement du plan « Halieutis » visant le développement du secteur de la pêche nationale et de ses infrastructures.
Commentant à chaud la signature du nouveau protocole, Aziz Akhannouch
a affirmé que « ce nouvel accord, qui est porteur de bonnes perspectives pour les relations entre le Maroc et l’UE, renforcera les liens de coopération entre les deux parties ».

Lors d’une conférence de presse conjointe, Maria Damanaki a souligné pour sa part, que le nouveau protocole est « profitable » au Maroc et à l’UE, précisant qu’il «est en ligne avec les politiques des deux parties et s’inscrit dans le respect des lois internationales ». De même, a-t-elle ajouté, cet accord garantit la durabilité des ressources halieutiques « dans la mesure où il limite l’activité de pêche aux ressources excédentaires pour toutes les pêcheries et présente un bon rapport qualité-prix ».
Si les professionnels de la pêche en Espagne se félicitent déjà de l’aboutissement au nouvel accord, il leur faudra néanmoins attendre la décision finale qui revient surtout au parlement européen qui souvent, n’est pas libre de ses actes face aux puissants lobbies et groupes d’intérêts appuyés par des eurodéputés de diverses tendances politiques et dont les intérêts ne vont pas toujours de pair avec ceux des instances dirigeantes de l’Union européenne.

About Abdenbi EL OUADGHIRI

Check Also

Mauritanie : Des millions de poissons échouent sur les plages de Nouakchott et Tanit

Le littoral entre Nouakchott et le nouveau port artisanal de Tanit, situé à plus de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *