Dernières nouvelles
L’Algérie a épuisé en juin la totalité de son quota de thon rouge de 2017

L’Algérie a épuisé en juin la totalité de son quota de thon rouge de 2017

L’Algérie a épuisé la totalité de son quota de thon rouge qui lui a été attribué au titre de l’année 2017, par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA), soit 1.043 tonnes, a indiqué ce jeudi 6 juillet, à Alger, Taha Hamouche, directeur général de la pêche et de l’aquaculture auprès du ministère algérien de l’Agriculture.

Au total, 14 navires thoniers-senneurs battant pavillon algérien répartis en deux groupes de pêche conjointe (9 et 5 navires), ont participé à cette campagne de pêche au thon rouge qui a débuté le 26 mai et s’est achevée le 24 juin dernier au titre de l’année 2017.

Avec l’épuisement de son quota avant terme, a précisé Taha Hamouche, l’Algérie est résolue à renégocier un relèvement de ses quotas à l’occasion de la prochaine réunion de la CICTA prévue dans quelques mois à Marrakech, au Maroc.

Pour rappel, l’Algérie disposait pour l’année 2017, d’un quota de 1.043 tonnes de thon rouge, qui était fixé initialement par la CICTA à 546 tonnes pour la même année.

En effet, lors de sa réunion en 2014 à Gènes (Italie), la CICTA avait établi le plan de répartition des quotas de pêche par pays jusqu’à 2017, l’Algérie avait alors bénéficié d’une augmentation graduelle de son quota qui avait été fixé à 243 tonnes au titre de l’année 2014, à 370 tonnes en 2015, à 460 tonnes en 2016 et à 546 tonnes initialement pour l’année 2017, soit environ 2% du Total admissible de captures (TAC).

En profitant de l’absence de la délégation algérienne à la 17ème réunion annuelle de la CICTA tenue en 2010, cette organisation avait alors réduit le quota de l’Algérie pour le porter à 1% du Tac contre 5% auparavant.

Les 418 tonnes retirées avaient alors été partagées entre quatre pays à savoir la Turquie, la Libye, l’Egypte et la Syrie, ce qui explique le surplus obtenu par l’Algérie en 2017.

Suite à la surpêche dont était l’objet cette espèce de poisson durant les années 1990-2000, la CICTA avait établi en 2007, un système de quota pour réduire la surpêche du thon rouge ou thunnus thynnus dans le monde, comme elle instauré d’autres mesures notamment de régulation draconiennes (réduction des flottilles, contrôle…).

Selon les statistiques de la CICTA, l’Italie est le principal pays pêcheur de thon rouge avec 45% des prises, suivie du Maroc (14%), de l’Espagne (13%), de la Grèce (10%) et de la Tunisie (7%).

A propos de Jean Bakari

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page